NOUVELLES
28/09/2012 01:18 EDT | Actualisé 27/11/2012 05:12 EST

Syrie : affrontements «sans précédent» à Alep

De violents combats faisaient rage vendredi à Alep en Syrie. Des observateurs ont qualifié les affrontements de « sans précédent ».

Les rebelles avaient annoncé jeudi qu'ils lançaient une bataille « décisive ». Plusieurs fronts seraient la proie des tirs, selon des journalistes sur le terrain et des habitants.

Les forces fidèles au président Bachar Al-Assad et les rebelles tentent depuis plusieurs semaines de prendre le contrôle d'Alep, poumon économique de la Syrie et plus grande ville du pays.

De violents combats ont été signalés jeudi dans plus d'une dizaine de quartiers de la ville, qui compte trois millions d'habitants, selon Mohammed Saïd, un opposant présent à Alep.

Les rebelles ont pris le contrôle de plusieurs quartiers de la ville il y a deux mois. Depuis, aucun camp ne semble en mesure de déloger l'autre.

Combats à Damas

De plus, les troupes gouvernementales auraient lancé l'assaut contre trois quartiers rebelles de la capitale, Damas.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme a rapporté des arrestations, des perquisitions, et la destruction de plusieurs résidences.

Messages textes

Les autorités syriennes ont envoyé jeudi sur les téléphones portables des citoyens du pays un message texte intitulé « Game Over » (« La partie est terminée »), dans lequel l'armée appelle les rebelles à déposer les armes.

Dans ce message signé par « l'Armée arabe syrienne », les autorités préviennent les insurgés que le compte à rebours de l'expulsion des combattants étrangers a commencé. Le message semble relever de la bataille psychologique menée par le régime du président Bachar Al-Assad contre les rebelles.

Des Syriens ont déclaré avoir commencé à recevoir ces messages jeudi, au lendemain de l'explosion de plusieurs bombes dans le centre de commandement militaire de Damas. Cette attaque a mis en évidence la vulnérabilité croissante du régime face à une insurrection de plus en plus confiante et efficace.

Selon des résidants de Damas, seuls les abonnés à un forfait de téléphonie mobile ont reçu le message, et non les détenteurs de cartes prépayées.

Les deux entreprises de téléphonie mobile en Syrie sont privées, et le gouvernement a probablement dû payer pour obtenir ce service. Les responsables gouvernementaux n'étaient pas disponibles pour commenter l'information jeudi.

Selon les opposants syriens, plus de 305 personnes ont été tuées à travers le pays mercredi, ce qui en fait l'une des journées les plus meurtrières depuis le début du conflit, en mars 2011.

PLUS: