BIEN-ÊTRE

Paludisme : un détecteur portable identifie rapidement diverses souches

28/09/2012 09:27 EDT | Actualisé 28/11/2012 05:12 EST

Des chercheurs londoniens de l'Université St George ont annoncé démarrer un projet d'appareil portable pouvant détecter les différentes souches du parasite malarial en un temps record de vingt minutes.

Ce projet, qui s'élève à 5,2€ millions, vise à développer un appareil de la taille de l'iPhone 5, qui, grâce à une goutte de sang, peut extraire l'ADN du parasite et, grâce à un biocapteur, détecter et séquencer les mutations spécifiques liées à la résistance aux médicaments.

Le but de ce projet, appelé NanoMal, est de permettre d'obtenir des résultats aussi fiables qu'en laboratoire dans des régions reculées, et à un moindre coût. De plus, il permettra de suivre les épidémies et la propagation de certaines souches.

Même si cet appareil devrait être un peu cher (quelques centaines de dollars), il pourra être proposé gratuitement dans les pays en voie de développement, selon le communiqué de presse des chercheurs. La recharge équivalant à un test coûtera au départ 13€, montant qui pourra être réduit selon les besoins.

Près de 800.000 personnes meurent du paludisme chaque année dans le monde suite à une piqûre de moustique porteur du parasite de la malaria. Dans certaines régions, le parasite réussit à développer une résistance aux médicaments anti-paludique, même les plus puissants. 

Nanomal n'est pas le premier appareil du genre. Amplino, une entreprise hollandaise, a déjà développé un kit de test portable pouvant identifier différentes souches, plus efficace que les appareils actuellement sur le marché. L'entreprise vient de remporter un financement de 40.000€, suite à un concours lancé par Vodafone Mobile for Good, qui l'aidera à avancer dans le développement de ce kit.

www.nanomal.org
www.amplino.com