NOUVELLES
28/09/2012 07:09 EDT | Actualisé 28/11/2012 05:12 EST

Ouverture du congrès libéral provincial à Ottawa

Plus de 700 délégués participent cette fin de semaine à l'assemblée annuelle du Parti libéral de l'Ontario, au Centre des congrès d'Ottawa.

Le premier ministre et chef du parti, Dalton McGuinty, doit faire face à un vote de confiance de la part des délégués, vendredi soir et samedi matin. Il s'agit d'un premier vote depuis que le parti a perdu sa majorité à l'Assemblée législative aux élections provinciales d'octobre 2011.

Le gouvernement libéral a été ébranlé à plusieurs reprises au cours de la dernière année.

D'abord, le parti n'a pas réussi à obtenir une majorité aux élections partielles du début du mois de septembre. S'ils ont conservé leur fief de Vaughan, les néo-démocrates les ont devancés dans la circonscription de Kitcherner-Waterloo.

Puis, les libéraux ont essuyé de nombreuses critiques à la suite de l'annulation de la construction de centrales au gaz, ce qui coûtera des dizaines de millions de dollars aux contribuables.

Le scandale du service d'ambulance Ornge, pour lequel une enquête policière a été ouverte sur de possibles malversations financières, a aussi grandement nui au parti.

Grogne chez les employés

Des centaines de milliers de fonctionnaires provinciaux dénoncent le gel de salaire de deux ans que les libéraux veulent leur imposer.

Les enseignants anglophones s'opposent également à la loi spéciale qui gèle leur salaire et suspend leur droit de grève pendant deux ans.

De 200 à 300 manifestants ont d'ailleurs accueilli les délégués libéraux, vendredi soir, devant le Centre des congrès d'Ottawa.




Selon le correspondant de Radio-Canada à Queen's Park, Christian Noël, il s'agit du vote de confiance le plus important pour Dalton McGuinty depuis sa défaite électorale en 1999.

Les résultats du vote seront dévoilés samedi midi.

Un éventuel casino à Ottawa

Par ailleurs, la possibilité que la Ville d'Ottawa pose sa candidature afin d'obtenir un nouveau casino suscite des réactions prudentes parmi les élus de la région de la capitale nationale.

La députée d'Ottawa-Vanier et ministre de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels, Madeleine Meilleur, estime qu'une maison de jeu au centre-ville n'est pas nécessairement une mauvaise idée sur le plan social.

Elle avance toutefois que des sommes devront être investies dans des programmes pour contrer la dépendance au jeu si la province accepte la proposition de la Ville.

PLUS: