NOUVELLES
28/09/2012 02:53 EDT | Actualisé 28/11/2012 05:12 EST

Obama bloque l'achat par des Chinois de fermes éoliennes près d'une base

Le président américain Barack Obama a bloqué par décret vendredi l'achat par des entreprises chinoises de fermes éoliennes situées près d'une base militaire aux Etats-Unis, en invoquant des raisons de sécurité nationale, a annoncé la Maison Blanche.

Dans son décret, le dirigeant américain a affirmé que des entreprises liées à des ressortissants chinois "pourraient prendre des mesures qui menaceraient d'attenter à la sécurité nationale des Etats-Unis" et leur a donc interdit d'acheter quatre fermes éoliennes situées dans l'Oregon (nord-ouest), en vertu d'une loi datant de 1950.

Cette décision ordonne à l'entreprise américaine Ralls Corporation, ainsi qu'à sa filiale chinoise Sany Group et à des ressortissants chinois de renoncer d'ici 90 jours à leur acquisition de ces fermes.

Ces "entreprises, toute personne travaillant pour les entreprises (...) doivent cesser d'accéder, et n'auront plus accès" à ces fermes, selon la même source.

Le département du Trésor a ensuite précisé que Ralls, entreprise inscrite au registre du commerce dans le Delaware (est), était la "propriété de Chinois" et "liée à une société de construction chinoise qui fabrique des éoliennes".

De même source, "les sites des fermes éoliennes sont tous situés soit dans, soit à proximité d'un espace aérien soumis à des restrictions, dans la base d'entraînement aux systèmes d'armement de la marine" américaine à Boardman.

Cette base est installée dans le nord de l'Oregon, à la limite de l'Etat de Washington.

L'entreprise a de son côté "regretté l'ordre du président Obama qui interdit un projet éolien créateur d'emplois dans l'Oregon", selon un commentaire de son avocat, Tim Xia, envoyé à l'AFP. "Le projet ne pose en aucun cas une menace à la sécurité nationale", affirme-t-il, regrettant que la décision américaine n'offre "aucune explication".

Barack Obama a pris cette décision après avoir reçu les recommandations d'un comité spécial qui surveille que des acquisitions faites par des étrangers ne représentent pas une menace pour la sécurité des Etats-Unis.

"La décision du président concerne cette transaction en particulier mais il ne s'agit pas d'un précédent pour les autres investissements directs en provenance de Chine ou de tout autre pays", tempère le département du Trésor dans son communiqué.

L'entreprise Ralls a indiqué que cette mesure allait la conduire à poursuivre ses "efforts pour obtenir des réparations en justice". Elle avait déjà ce mois-ci intenté un procès au haut comité spécial, qui inclut le secrétaire au Trésor et d'autres patrons de ministères, notamment du département d'Etat, du ministère de la Défense, de l'Energie et du Commerce.

Dans ce procès, Ralls estime que le gel de l'acquisition a été fait sans autorité légitime et constitue une saisie de propriété inconstitutionnelle.

rl/lor/bdx

PLUS:afp