NOUVELLES
28/09/2012 11:08 EDT | Actualisé 28/11/2012 05:12 EST

Les négociations reprennent dans la LNH après une pause de deux semaines

NEW YORK, États-Unis - La Ligue nationale de hockey et ses joueurs en lock-out ont connu une bonne journée à leur retour à la table de négociations.

Pas suffisamment bonne pour que les deux parties franchissent le fossé économique qui les séparent et qui menacent le début de la prochaine campagne, cependant.

Il s'agit des premières négociations depuis que le lock-out a été déclenché, le 16 septembre dernier. La ligue et l'Association des joueurs (AJLNH) se sont entendus sur des points relatifs à la sécurité des joueurs et sur les tests antidopage, mais le volet économique de la convention collective n'était même pas à l'agenda des discussions, vendredi.

«Ce fut une bonne journée, a indiqué le commissaire adjoint de la LNH, Bill Daly après la deuxième séance de négociations de la journée. J'aurais souhaité qu'on aborde des sujets plus pertinents, mais on a fait ce qu'on a fait.»

Les deux parties se sont rencontrées pendant environ cinq heures. Le commissaire Gary Bettman et le directeur exécutif de l'AJLNH, Donald Fehr, ont même tenu une rencontre en privé. Quelques joueurs ont aussi participé aux discussions. Des rencontres doivent aussi avoir samedi et possiblement dimanche.

«Je ne sais pas si je qualifierais ces discussions d'importantes, mais nous semblons avoir progressé sur un certain nombre de points. SOuhaitons que ça se poursuive, a indiqué le conseillé spécial de l'AJLNH, Steve Fehr. Il n'est pas prévu que l'on discute de questions économiques pour l'instant.»

C'est ce qui cause le plus de frustration. La LNH attend que l'AJLNH dépose une contre-proposition à ce que la ligue a présenté aux joueurs avant le déclenchement du lock-out.

«On ne peut pas les forcer à parler d'un sujet qu'ils ne veulent pas aborder, a déclaré Daly. En toute honnêteté, on doit couvrir ces points si on veut en venir à une entente. C'est juste que ce ne sont pas les sujets les plus importants sur lesquels on peut s'entendre.

«Nous avons fait deux importantes propositions économiques d'affilée et ils n'ont rien concéder financièrement depuis le 4 août.»

Si une entente n'est pas rapidement conclue, des matchs de saison régulière seront annulés. La LNH avait annulé toute la saison 2004-05 en raison d'un lock-out qui a mené à la convention collective qui est venue à échéance le 15 septembre.

«On ressent un grand sentiment d'urgence de notre côté, a ajouté Daly. Je ne peux pas parler pour eux, mais je suis certain qu'ils le ressentent également.»

Steve Fehr a pour sa part indiqué que l'AJLNH est prête à discuter de n'importe lequel sujet à tout moment.

«On peut discuter des gros enjeux économiques quand ils le veulent. Les négociations, ce n'est pas du ping-pong. Il n'y a pas de règle qui dicte quand on peut parler.»

Malgré tout, il voit la journée de vendredi d'un bon oeil.

«Je ne veux pas utiliser le mot optimisme, mais ce fut une séance productive. Nous avons eu de bonnes discussions et souhaitons qu'elles créeron un effet d'entraînement.»

Des tests plus rigoureux

Plus tôt, Mathieu Schneider a précisé que l'entente sur les tests antidopage porte sur des tests plus rigoureux et un prolongement de la période au cours de laquelle les joueurs pourront être testés. Actuellement, il y a certaines portions de l'année au cours desquelles les joueurs n'ont pas à se soumettre à des tests antidopage.

Ni les joueurs, ni les proprios ne croient que les produits dopants constituent un problème dans le circuit.

«Nous sommes convaincus que (les produits dopants) ne font pas partie de notre sport, a dit le conseiller spécial au directeur éxécutif de l'AJLNH. Je crois cependant que c'est dans le meilleur intérêt des joueurs et du hockey de faire en sorte qu'il ne reste aucune période dans l'année au cours de laquelle des joueurs pourraient en utiliser.»

Il n'est pas impossible que les discussions prennent une tournure économique au cours du week-end, mais ces points ne sont pas à l'agenda. Aucune des deux parties n'a indiqué être prête à présenter une nouvelle offre sur la façon de partager les plus de 3 milliards $ de revenus liés au hockey.

«En général, dans ce genre de négociations, quand vous commencez à vous entendre sur les petits points, ça peut mener à des ententes sur les points plus importants,a indiqué Schneider. Mais il est trop tôt pour le dire.»

Ces discussions surviennent après que la ligue ait annulé le reste du calendrier préparatoire. La saison régulière doit s'amorcer le 11 octobre.

PLUS:pc