NOUVELLES
28/09/2012 01:56 EDT | Actualisé 28/11/2012 05:12 EST

Gabriel Nadeau-Dubois: la cause pour outrage au tribunal est prise en délibéré

Agence QMI

QUÉBEC - Les plaidoiries des avocats au procès pour outrage au tribunal de l'ex-porte-parole de la Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE), Gabriel Nadeau-Dubois, ont pris fin vendredi midi, au palais de justice de Québec.

Le juge Denis Jacques, de la Cour supérieure, a pris la cause en délibéré. Son verdict sera rendu ultérieurement.

La poursuite a allégué qu'en entrevue au Réseau de l'information (RDI), en mai dernier, l'ex-leader étudiant a incité ses pairs à défier l'injonction interdisant les piquets de grève, obtenue par Jean-François Morasse, un étudiant de l'Université Laval qui voulait retourner en classe.

L'avocat de M. Morasse, Me Maxime Roy, a soutenu vendredi que Gabriel Nadeau-Dubois était forcément au courant de l'injonction lorsqu'il a incité les étudiants à ne pas respecter l'ordonnance. Me Roy entend réclamer une peine d'emprisonnement en cas de culpabilité.

De son côté, l'avocat de M. Nadeau-Dubois, Me Giuseppe Sciortino, a plaidé l'ignorance, soutenant que rien ne prouve hors de tout doute que son client avait bel et bien pris connaissance de l'injonction. Selon lui, Gabriel Nadeau-Dubois a émis une opinion dans l'entrevue accordée à RDI, et il n'a pas invité les étudiants à faire du piquetage.

M. Nadeau-Dubois est passible d'une peine maximale d'une année de prison s'il est reconnu coupable. Des travaux communautaires ou une amende sont aussi possibles.

(Collaboration de Geneviève Laurier, Cogeco)

INOLTRE SU HUFFPOST

Manifestation étudiante du 22 août 2012