NOUVELLES

Un chiite saoudien recherché tué en résistant à son arrestation

27/09/2012 02:23 EDT | Actualisé 26/11/2012 05:12 EST

Un chiite saoudien recherché pour son implication dans des troubles dans l'est du royaume a été tué, avec l'un de ses compagnons, alors qu'il résistait à son arrestation, a annoncé dans la nuit de mercredi à jeudi une source officielle saoudienne.

Un porte-parole du ministère de l'Intérieur, cité par l'agence officielle saoudienne SPA, a affirmé que Khaled Abdel Karim Al-Labbad "a été tué ainsi qu'un autre homme qui l'accompagnait", à Awamiya, une localité à la pointe de la contestation contre les autorités dans la province orientale du royaume.

Selon le porte-parole, "Labbad et des hommes armés qui étaient en sa compagnie ont ouvert le feu sur les membres des forces de l'ordre qui venaient l'arrêter dans une maison" de Awamiya.

Les forces de sécurité ont riposté, et deux autres hommes armés ont été blessés alors qu'un troisième était arrêté, selon la source officielle.

Des militants dans la région orientale, où se concentre la minorité chiite du royaume, ont affirmé que Labbad avait été tué lors d'une perquisition menée à son domicile.

Labbad "a été atteint par une balle tirée par les forces de sécurité lors d'une perquisition à son domicile et quatre autres personnes ont été blessées", a affirmé un militant qui a requis l'anonymat.

Labbad figurait sur une liste de 23 Saoudiens recherchés pour leur implication dans des troubles dans l'est du royaume, où les quelque deux millions de chiites se plaignent de discrimination de la part du pouvoir sunnite.

Avec sa mort, il ne reste plus que 11 hommes recherchés: sept ont déjà été arrêtés et quatre se sont livrés aux autorités, qui les ont libérés.

Le 3 septembre, les forces de sécurité avaient blessé par balles l'un des hommes recherchés lors de son arrestation, également à Awamiya.

Les autorités avaient accusé les 23 personnes d'agir "pour le compte de parties étrangères", en allusion à l'Iran chiite.

Les manifestations dans la province orientale avaient commencé en mars 2011, et pris une tournure violente avec la mort de dix personnes.

Les heurts entre la police et les manifestants s'étaient intensifiés après l'arrestation le 8 juillet de cheikh Nimr al-Nimr, considéré comme le principal initiateur des manifestations.

Mais la tension est retombée en août. Le 20 août, sept principaux dignitaires chiites de Qatif ont annoncé accueillir favorablement l'appel du roi Abdallah à la création d'un centre de dialogue interconfessionnel entre sunnites et chiites.

aa/at/sw

PLUS:afp