NOUVELLES

Sahara: peines de prison confirmées ou aggravées pour des violences en 2011

27/09/2012 03:38 EDT | Actualisé 27/11/2012 05:12 EST

Une cour d'appel de Laâyoune a confirmé voire aggravé jeudi les peines de prison ferme prises à l'encontre d'une vingtaine de personnes condamnées pour des violences meurtrières survenues en septembre 2011 après un match de football à Dakhla, au Sahara occidental.

Fin septembre 2011, sept personnes dont deux membres des forces de l'ordre avaient été tuées dans des affrontements consécutifs à un match entre les équipes de Dakhla (sud du Sahara occidental) et Mohammedia, une ville située à 15 km de Casablanca (ouest).

La Chambre criminelle auprès de la Cour d'appel de Laâyoune a confirmé jeudi les peines de six mois à trois ans de prison ferme prononcées en première instance contre 19 accusés, a indiqué jeudi l'agence de presse marocaine MAP.

Deux autres condamnées ont par ailleurs vu leurs peines alourdies à trois ans de prison ferme, tandis que le tribunal a ajourné au 9 octobre le procès "de deux autres individus", selon la même source.

Débutées après la rencontre de football, les violences avaient duré plusieurs jours et dégénéré en confrontations entre populations sahraouis et "sahraouis de l'intérieur", à savoir des personnes originaires du Maroc s'étant installées progressivement au Sahara occidental.

Ces affrontements avaient fait craindre une aggravation de la tension dans cette région, une ancienne colonie espagnole annexée en 1975 par le Maroc. De premières peines de prison ferme avaient été prononcées dès le mois suivant.

Rabat propose une large autonomie au Sahara occidental, sous sa souveraineté. Le Front Polisario, mouvement indépendantiste sahraoui soutenu par l'Algérie, rejette ce plan et réaffirme "le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination" via un référendum.

gk/hj

PLUS:afp