NOUVELLES

Netanyahu va fixer une "ligne rouge" à l'Iran dans son discours à l'ONU

27/09/2012 08:27 EDT | Actualisé 27/11/2012 05:12 EST

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu va "fixer une ligne rouge" au programme nucléaire iranien dans son discours à l'ONU, sans contredire le président américain Barack Obama, a déclaré jeudi un haut responsable de sa délégation.

"Dans son discours, le Premier ministre fixera une ligne rouge claire qui ne contredira pas ce qu'a dit Obama", a indiqué ce responsable aux journalistes dans l'avion qui amenait M. Netanyahu à New York.

"Obama a dit que l'Iran n'aurait pas d'armes nucléaires. Et Netanyahu clarifiera le moyen d'empêcher l'Iran d'avoir des armes nucléaires", a-t-il précisé.

"Netanyahu est convaincu que les Etats-Unis et Israël peuvent travailler ensemble pour parvenir à ce but commun", a assuré ce responsable sous le couvert de l'anonymat.

Le Premier ministre israélien s'est ouvertement opposé à l'administration Obama en lui réclamant de fixer à l'Iran "des lignes rouges claires" à ne pas franchir dans son programme nucléaire, sous peine d'opération militaire, des exigences sèchement rejetées par Washington.

Un Iran doté de l'arme nucléaire (...) ferait peser des menaces sur l'existence d'Israël, sur la sécurité des pays du Golfe, et sur la stabilité de l'économie mondiale", a déclaré mardi Barack Obama dans son discours devant l'Assemblée générale des Nations unies.

Le président américain a réaffirmé vouloir "résoudre ce dossier par la diplomatie", tout en jugeant le "temps limité" pour cette option.

De son côté le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a accusé mercredi l'Occident et Israël de chercher à "intimider" son pays.

"La course aux armements et l'intimidation au moyen d'armes nucléaires (...) par les puissances hégémoniques prévalent", a affirmé M. Ahmadinejad à la tribune de l'Assemblée générale.

"Les menaces persistantes brandies par les sionistes incultes de recourir à l'action militaire contre notre grande nation illustrent clairement cette amère réalité", a-t-il ajouté, en référence implicite aux spéculations sur des frappes israéliennes contre les installations nucléaires iraniennes.

Depuis son accession au pouvoir en mars 2009, M. Netanyahu a placé "la menace iranienne" au coeur de sa politique étrangère et n'a cessé de la brandir auprès de l'opinion israélienne et internationale.

Les grandes puissances et Israël, considéré comme l'unique détenteur de l'arme nucléaire dans la région, soupçonnent l'Iran de vouloir se doter de l'arme atomique sous couvert de son programme nucléaire civil, ce que Téhéran nie catégoriquement.

jjm-sah-sst/dms/agr/sw

PLUS:afp