NOUVELLES

Morsi veut qu'Omar Abdel-Rahman purge sa peine en Egypte plutôt qu'aux USA

27/09/2012 07:34 EDT | Actualisé 27/11/2012 05:12 EST

Le président égyptien Mohamed Morsi souhaite que le cheikh Omar Abdel-Rahman, condamné à la prison à vie aux Etats-Unis pour complot en vue de commettre des attentats, puisse purger sa peine en Egypte dans le cadre d'un "échange de prisonniers" avec Washington.

"Je veux intervenir pour des raisons humanitaires, pas interférer dans une décision de justice", a déclaré M. Morsi mercredi soir dans une allocution devant la communauté égyptienne à New York, où il se trouvait pour participer à l'Assemblée générale de l'ONU.

"Je veux que sa famille puisse lui rendre visite, et qu'il purge sa peine en Egypte dans le cadre d'un échange de prisonniers entre l'Egypte et les Etats-Unis", a-t-il ajouté sans donner plus de détails sur cet échange, et sans réitérer la demande de libération qu'il avait formulée en juin dernier, selon le texte de son discours diffusé jeudi par l'agence officielle Mena.

Le président égyptien, issu du mouvement des Frères musulmans, a également déploré que les récents incidents devant l'ambassade américaine au Caire aient "retardé les efforts" à ce sujet, a rapporté l'agence.

Des manifestants protestant contre un film islamophobe réalisé aux Etats-Unis étaient parvenus à enlever le drapeau américain de la mission diplomatique le 11 septembre dernier. Cet incident, suivi pendant quelques jours par des échauffourées entre manifestants et forces de l'ordre aux abords de l'ambassade, avait crispé les relations entre les deux pays.

Le 29 juin dernier, à la veille de son investiture, M. Morsi s'était engagé à oeuvrer pour la libération du détenu, dans un discours devant plusieurs dizaines de milliers de personnes rassemblées sur l'emblématique place Tahrir au Caire.

"Je vais faire tout mon possible pour faire libérer (...) les détenus, y compris le cheikh Omar Abdel-Rahman", condamné en 1995 à la prison à vie par la justice américaine pour des complots visant à attaquer des cibles new-yorkaises et à assassiner l'ancien président égyptien Hosni Moubarak.

Surnommé le "cheikh aveugle", cet Egyptien a aussi été cité comme inspirateur des premiers attentats contre le World Trade Center, qui ont fait six morts et un millier de blessés en 1993.

cr/iba/vl

PLUS:afp