NOUVELLES

Les émergents plus dynamiques que les pays riches depuis 10 ans (FMI)

27/09/2012 10:45 EDT | Actualisé 27/11/2012 05:12 EST

Les puissances émergentes ont, pour la première fois de l'histoire, connu une expansion économique plus longue et des récessions plus courtes que les pays riches au cours de la décennie passée, a indiqué le Fonds monétaire international (FMI) dans un rapport publié jeudi.

"De nombreux pays émergents et pays en développement ont obtenu de bons résultats au cours des dix dernières années et pendant la crise financière", a constaté le FMI dans ce chapitre de ses perspectives économiques mondiales.

Devenue pendant cette période la deuxième puissance économique du globe, la Chine a ainsi vu son produit intérieur brut (PIB) progresser de 7,6% au deuxième trimestre au moment où l'activité dans la zone euro se contractait de 0,2%.

Dans son rapport, le Fonds souligne que ce dynamisme tient "notamment à une meilleure élaboration des politiques économiques" (maîtrise de l'inflation, taux de change flexible) mais ajoute qu'il repose aussi sur des "facteurs inconstants": les entrées massives de capitaux, une explosion du crédit ou le boom des matières premières.

Cette expansion tient également à la raréfaction des "chocs" qui ont frappé les pays émergents au cours de la dernière décennie (crise bancaire...), précise l'institution de Washington, qui affirme toutefois que les pays ne sont "pas à l'abri".

"Le risque est grand que les pays avancés doivent faire face à une autre récession majeure ou que des facteurs de vulnérabilité internes réapparaissent", notent les experts du Fonds.

La crise en Europe a déjà commencé à avoir un impact sur les grands émergents (Chine, Inde, Brésil...) dont la croissance a donné de très relatifs signes d'essoufflement au cours des derniers mois.

"De nouvelles poussées d'incertitude au niveau mondial sont possibles et des coups d'arrêt pourraient encore survenir si une aversion plus grande au risque conduisait à une fuite des capitaux" hors des pays émergents, estime le Fonds.

En cas d'aggravation de la situation, les pays émergents et les pays en développement finiront probablement par suivre la même voix que les pays avancés, prévoit le FMI.

jt/sl/sam

PLUS:afp