NOUVELLES

L'authenticité du papyrus sur lequel Jésus dirait avoir une femme est contestée

27/09/2012 10:52 EDT | Actualisé 27/11/2012 05:12 EST

VATICAN, État de la Cité du Vatican - Le journal du Vatican a alimenté jeudi les doutes entourant une étude de l'université Harvard basée sur un fragment de papyrus écrit en copte et dans lequel Jésus utilise les mots «ma femme», qualifiant le calicot de faux.

L'article de l'Osservatore Romano a été écrit par l'universitaire copte Alberto Camplani. Il est accompagné d'un éditorial signé par le rédacteur en chef du journal, Giovanni Maria Vian, un expert des débuts du christianisme. Ils citent tous deux des inquiétudes exprimées par d'autres universitaires à propos de l'authenticité du fragment et du fait que celui-ci eut été acheté sur le marché, sans qu'on connaisse sa provenance archéologique.

L'éditorial est coiffé du titre «De toutes les façons, du faux». Le texte critique Harvard pour avoir créé un engouement médiatique «bruyant» en fournissant le scoop à deux journaux américains avec «la seule intention de faire en sorte que les spécialistes en questionnent l'authenticité».

La professeure Karen King, de la Divinity School de Harvard, a annoncé la découverte lors d'un congrès international d'études coptes tenu à Rome. Le texte, écrit en copte et probablement traduit du grec, est un dialogue dans lequel Jésus fait référence à «sa femme», qu'il identifie comme étant Marie.

L'affaire a créé bien des remous, car la tradition chrétienne soutient que le fils de Dieu était célibataire. La preuve du contraire, ou de l'existence d'une disciple féminine, rouvrirait le débat sur le rôle de la femme dans l'Église.

Il est ainsi peu surprenant que le Vatican remette la thèse de Mme King en question. Cette dernière précise que le fragment de papyrus ne prouve pas que Jésus était marié, mais bien que certains des premiers Chrétiens ont cru qu'il l'était. Elle a par ailleurs reconnu les soupçons soulevés par ses collègues et indiqué que l'encre serait analysée afin de déterminer à quel moment le texte a été écrit.

Certains experts présents au congrès ont indiqué que la grammaire, la forme et le contenu du papyrus soulevaient plusieurs questions alarmantes. D'autres ont déclaré qu'il était difficile de découvrir la signification des écrits, car le papyrus est fragmenté.

PLUS:pc