NOUVELLES

Affaire Amia: l'Iran et l'Argentine vont poursuivre leurs négociations

27/09/2012 08:17 EDT | Actualisé 27/11/2012 05:12 EST

Les ministres des Affaires étrangères argentin et iranien Hector Timerman et Ali Akbar Salehi se sont rencontrés jeudi à New York en marge de l'Assemblée générale de l'ONU pour évoquer un attentat anti-juif à Buenos Aires qui avait fait 85 morts en 1994.

Selon le ministère argentin des Affaires étrangères, les deux hommes sont convenus de "poursuivre les négociations (...) jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée".

La prochaine rencontre aura lieu en octobre au siège européen de l'ONU à Genève, précise un communiqué du ministère. Les négociations visent à définir un "mécanisme judiciaire qui ne soit pas en contradiction avec les procédures légales argentine et iranienne".

L'Argentine a proposé de juger les suspects dans cette affaire dans un pays tiers si l'Iran refuse un procès en Argentine.

Les relations entre l'Iran et l'Argentine sont difficiles depuis l'attentat contre la Mutuelle juive argentine (Amia) qui avait fait 85 morts et 300 blessés en 1994.

La justice argentine soupçonne Téhéran d'être impliqué dans cet attentat ainsi que dans l'explosion, deux ans plus tôt, d'une voiture piégée devant l'ambassade d'Israël à Buenos Aires qui avait fait 29 morts et 200 blessés.

L'Iran a toujours démenti toute implication dans ces deux attentats.

En annonçant mardi la rencontre dans son discours à l'Assemblée générale, la présidente argentine Cristina Kirchner avait dit espérer "des résultats de cette réunion", soulignant que l'Iran avait fait part de son intention de "coopérer pour élucider cet attentat".

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad avait ensuite déclaré qu'il souhaitait "élargir les relations" de son pays avec l'Argentine. Il avait évoqué devant la presse, mais sans être explicite, "l'ingérance d'autres" parties pour dégrader les relations entre Téhéran et Buenos Aires.

avz/bdx

PLUS:afp