NOUVELLES

Tunisie: des salafistes en grève de la faim dans leur prison (avocat)

26/09/2012 10:13 EDT | Actualisé 26/11/2012 05:12 EST

Deux militants salafistes, accusés d'avoir participé à l'attaque de l'ambassade américaine à Tunis mi-septembre, sont en grève de la faim depuis trois jours pour dénoncer leurs conditions de détention, a indiqué mercredi à l'AFP leur avocat, Abdelbasset Ben Mbarek.

"Ils ont été frappés par la police" lors de leur arrestation et "on leur refuse de voir des médecins", a-t-il déclaré.

Ces deux hommes ont en outre été placés, ensemble avec sept autres accusés, "dans une cellule de 1,5 mètre sur deux" à la suite d'une bagarre avec des prisonniers de droit commun, a encore dit l'avocat.

Les deux grévistes de la faim réclament "des conditions de détention humaines", a souligné Me Ben Mbarek, qui estime par ailleurs qu'il "n'y a pas de preuve de leur implication" dans les violences.

Les deux hommes sont Béchir Golli et Mohamed Bakhti. Ce dernier est considéré comme une figure du mouvement jihadiste et un proche de Abou Iyadh, l'organisateur présumé de l'attaque contre l'ambassade des Etats-Unis, et qui échappe toujours à la police.

Mohamed Bakhti avait été condamné en 2007 à douze ans de prison après des affrontements sanglants entre l'armée et des islamistes à Soliman, près de Tunis, à l'époque du président Ben Ali. Il a bénéficié de l'amnistie décidée après la révolution de 2011.

Abou Iyadh, libéré lui aussi à la faveur de cette amnistie, est pour sa part considéré comme l'un des dirigeants du groupe de Tunisiens proche des talibans afghans qui aurait organisé l'attentat ayant tué le commandant Massoud le 9 septembre 2001.

L'attaque suicide avait été commise par deux Tunisiens déguisés en journalistes.

ms-alf/kl/phs

PLUS:afp