NOUVELLES
26/09/2012 02:09 EDT | Actualisé 26/11/2012 05:12 EST

Morsi critique Israël pour ses menaces implicites contre l'Iran

Le nouveau président égyptien Mohamed Morsi a critiqué mercredi Israël pour ses menaces implicites contre les installations nucléaires iraniennes et pour ses "activités de colonisation" dans les territoires palestiniens.

M. Morsi a été très applaudi pour cette première apparition à la tribune de l'Assemblée générale des Nations unies depuis qu'il a accédé à la présidence en juin.

Sans mentionner explicitement l'arsenal d'Israël, puissance nucléaire non déclarée, M. Morsi a affirmé que le Proche-Orient "ne peut pas tolérer plus longtemps" le refus d'un pays, quel qu'il soit, de rejoindre le Traité de non-prolifération, "surtout si cela s'accompagne de politiques irresponsables ou de menaces arbitraires".

"L'accord tacite donnée par la communauté internationale au principe de frappes préventives, ou les tentatives pour les légitimer, constituent un sujet grave qui doit être fermement remis en question si on veut éviter que la loi de la jungle ne prévale", a-t-il déclaré.

M. Morsi a aussi estimé que le conflit israélo-palestinien devait être une priorité pour la communauté internationale, avant même la crise syrienne.

"Le premier dossier que le monde doit s'efforcer de résoudre sur la base de la justice et de la dignité est la cause palestinienne", a-t-il déclaré.

Les Palestiniens doivent pouvoir "goûter aux fruits de la liberté et de la dignité", à l'instar des pays du Printemps arabe, a-t-il affirmé. Il a aussi estimé "déplorable que les activités de colonisation (israélienne) se poursuivent sur les territoires" palestiniens.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président palestinien Mahmoud Abbas doivent s'adresser à l'Assemblée générale jeudi.

tw/avz/are

PLUS:afp