NOUVELLES

Les États-Unis et le Canada boycottent le discours du président iranien à l'ONU

26/09/2012 01:13 EDT | Actualisé 26/11/2012 05:12 EST

NEW YORK, États-Unis - Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, a dénoncé mercredi la «menace continue des sionistes barbares» d'attaquer son pays, dans un discours devant l'Assemblée générale des Nations unies boycotté par les délégations américaine et canadienne en réaction à ses propos sur Israël.

Le dirigeant iranien a fustigé ce qu'il a qualifié de «menace continue des sionistes barbares de recourir à une intervention militaire contre notre grande nation».

Les délégations américaine et canadienne ont quitté la salle au début de son discours, accusant M. Ahmadinejad d'avoir développé, lors d'une précédente intervention lundi, des «théories paranoïaques et des calomnies répugnantes contre Israël».

«Il est particulièrement fâcheux que M. Ahmadinejad ait une plate-forme à l'Assemblée générale de l'ONU le jour de Yom Kippour», considéré comme le jour le plus important du calendrier juif, a affirmé Erin Pelton, porte-parole de la mission américaine à l'ONU.

Rick Roth, porte-parole du ministre canadien des Affaires étrangères John Baird, a déclaré dans un communiqué que les délégués ne resteraient «pas assis silencieusement à écouter les vues haineuses, antioccidentales et antisémites de l'Iran».

Des milliers de personnes ont manifesté contre le régime iranien près du siège des Nations unies à New York pendant que le président Ahmadinejad s'exprimait mercredi. L'ancien maire de la ville, Rudolph Giuliani, et l'ex-président de la Chambre des représentants, Newt Gingrich, ont participé au rassemblement. Des Syriens étaient également réunis pour dénoncer le soutien de Téhéran au régime du président syrien Bachar el-Assad.

PLUS:pc