André Boisclair a fait une déclaration fracassante à l'animateur Richard Martineau dans le cadre de l'émission Les Francs-tireurs, mercredi soir.

Dans un extrait mis en ligne sur la page Facebook de l'émission, l'ancien chef du PQ affirme que l'ADQ a «payé et commandité» le Code de vie d'Hérouxville qui a ébranlé le Québec en 2007.

«J'ai su, et là, j'engage ma parole et ce qu'on m'a dit, des gens près de Mario Dumont m'ont dit, à moi, plusieurs années après l'élection : "tu sais très bien, André que cette histoire-là, c'est une histoire commanditée par l'ADQ, payée et organisée par l'ADQ".»

«C'est l'ADQ qui a callé la shot», a-t-il répété. André Boisclair cite une seule source, soit une «personne proche de Mario Dumont», qui était alors chef de l'ADQ.

«Je dis que l'histoire d'Hérouxville, la gang qui est sortie et qui a écrit sa charte et ainsi de suite, a été payée et commanditée par l'Action démocratique du Québec. Et je pèse chacun des mots que je prononce ici aujourd'hui.»

Joint au bureau de la firme d'exploitation et d'exploration Questerre par le Huffington Post Québec, M. Boisclair a précisé que ce n'était pas le Code de vie en tant que tel que l'ADQ avait financé, mais «l'ensemble de l'affaire», laissant sous-entendre que l'ex-formation de Mario Dumont avait orchestré l'affaire et payé pour en faire la promotion.

Il en a rajouté sur Twitter au cours de la journée:

Tout le monde nie

«La seule chose que je peux dire, c'est que c'est faux, totalement faux» a réagi l'auteur du Code de vie, l'ex-conseiller d'Hérouxville André Drouin, sur les ondes de Radio-Canada.

Idem du côté de Mario Dumont. Dans une entrevue à l'Agence QMI, l'ancien chef de l'ADQ s'est dit consterné par les affirmations de M. Boisclair. «De toutes les choses qui sortent après une carrière politique, c'est la plus surprenante», a-t-il commenté.

«Je ne connaissais ni ne connais maintenant personne sur le conseil municipal d'Hérouxville, je vois difficilement comment une telle chose aurait pu être faite», a-t-il dit.

De son côté, Jean-Nicolas Gagné, ancien attaché de presse de Mario Dumont, a carrément nié les allégations de l'ancien leader péquiste. «Pour moi et pour les gens à qui j'ai parlé aujourd'hui, c'est tout à fait farfelu et c'est fabulatoire», a-t-il lancé en entrevue à La Presse Canadienne.

«En aucun cas on a financé ou commandité, de quelconque façon, le code de vie d'Hérouxville. On n'avait aucun contact avec les gens d'Hérouxville, aucun contact avec le conseil municipal. Je discutais cet après-midi avec Mario Dumont et on avait de la difficulté à se rappeler si on a déjà connu quelqu'un à Hérouxville de toute façon. Il n'y a eu aucun contact avec ces gens-là, à aucun moment avant et même pas après la sortie du code de vie», a répété M. Gagné.

Celui-ci a dit espérer que M. Boisclair précise sa pensée, d'autant plus, note M. Gagné, que l'ADQ avait pris position sur l'épineuse question des accomodements raisonnables avant la publication du code de vie de Hérouxville.

«Je ne vois pas comment il peut soutenir ça éternellement. D'après moi, il va devoir admettre qu'à la limite, c'est un malentendu parce que en aucun moment, on a eu un lien avec les gens d'Hérouxville. Ils ont fait ça de leur propre chef, et je pense même que M. Drouin le confime sur différentes tribunes aujourd'hui. De plus, rappelez-vous qu'en 2007, au moment où est sorti le code de vie de Hérouxville, l'ADQ s'était déjà positionnée dans le débat des accomodements raisonnables. Le positionnement de l'ADQ datait de 2006 et Hérouxville est venu après.»

L'affaire d'Hérouxville avait été l'un des éléments à l'origine de la mise sur pied de la Commission Bouchard-Taylor sur les pratiques d'accommodements raisonnables.