NOUVELLES

De nombreux journalistes morts en Syrie depuis le début de la contestation

26/09/2012 08:42 EDT | Actualisé 26/11/2012 05:12 EST

Avant le correspondant de Press TV Maya Nasser tué mercredi à Damas, plusieurs journalistes ont trouvé la mort en Syrie depuis le début de la révolte contre le régime le 15 mars 2011.

--2011--

- 18/19 nov: FARZAT JERBANE (Syrien)

Ce cameraman de télévision indépendant a été tué le 19 ou le 20 novembre 2011 dans la province de Homs (centre). Selon des groupes syriens de liberté de la presse, Jerbane aurait été détenu par les forces de sécurité dans la ville d'Al-Qasir où son corps mutilé a été retrouvé.

--2012--

- 2 janv: CHOUKRI AHMAD RATIB ABOU BOURGHOL (Syrien)

Journaliste d'une station de radio de Damas, il est atteint d'une balle à la tête tirée par des inconnus alors qu'il quittait son domicile, le 30 décembre 2011, selon Reporters sans frontières. Il décède à l'hôpital le 2 janvier.

- 11 janv: GILLES JACQUIER (Français)

Grand reporter à France 2, le journaliste de 43 ans, est tué à Homs par un obus de mortier tombé sur un groupe de journalistes lors d'un voyage encadré par les autorités syriennes. Lauréat du prix Albert-Londres en 2003, le journaliste effectuait un reportage destiné au magazine de la rédaction "Envoyé spécial".

- 22 fév: MARIE COLVIN (Américaine) et REMY OCHLIK (Français)

La journaliste du Sunday Times âgée de 56 ans et le photographe français de 28 ans co-fondateur de l'agence IP3 Press, sont tués dans le bombardement d'un centre de presse improvisé à Baba Amr, bastion de la rébellion dans la ville de Homs (centre).

- 14 juil: ALI JOUBOUR AL-KAABI et FALAH TAHA (Irakiens)

Les deux journalistes sont tués par balles et à coups de couteaux dans une banlieue de Damas. Selon les autorités irakiennes, les deux hommes portaient sur eux des cartes de membres de l'association des journalistes irakiens, sans préciser pour quels médias ils travaillaient.

- 3 août: MOHAMMAD AL SAID (Syrien)

Présentateur de la télévision officielle syrienne, il est enlevé à son domicile à Damas puis exécuté. Un groupuscule extrémiste le Front al-Nosra revendique son meurtre.

- 11 août: ALI ABBAS (Syrien)

Ce journaliste de l'agence officielle Sana est assassiné à son domicile dans la province de Damas.

- 20 août 2012: MIKA YAMAMOTO (Japonaise)

La journaliste de 45 ans est tuée dans une fusillade en couvrant les combats entre l'armée du régime et les rebelles à Alep (nord) pour une petite agence de presse nippone, Japan Press.

- 22 août: MOUSSAB AL ODA ALLAH (Syrien)

Journaliste à la rubrique culturelle du quotidien officiel Techrine, il est abattu à son domicile à Nahr Aïcha, dans le sud de Damas, lors de perquisitions, indiquent ses amis.

- 26 sept: MAYA NASSER (Syrien)

Journaliste de la chaîne anglophone iranienne Press TV, Maya Nasser est tué à Damas par un tireur embusqué alors qu'il arrivait au siège de l'état-major syrien. Le chef du bureau de la télévision arabophone Al-Alam, Hussein Mortada, de nationalité libanaise qui se trouvait avec lui est blessé par un tir dans le dos, indiquent Press TV et Al-Alam.

On dénombre également plusieurs victimes parmi les centaines de "citoyens journalistes" qui, face aux restrictions imposées par le régime à la presse professionnelle, se sont armés de caméras pour témoigner de la situation dans leur pays.

kd/sw

PLUS:afp