NOUVELLES

Christy Clark veut discuter du pipeline Northern Gateway avec Alison Redford

26/09/2012 07:57 EDT | Actualisé 26/11/2012 05:12 EST

VICTORIA - La première ministre de la Colombie-Britannique, Christy Clark, a invité son homologue albertaine à une rencontre, la semaine prochaine, alors qu'elle sera en visite à Calgary.

Mais l'invitation lancée à Alison Redford, contenue dans une lettre rendue publique mercredi, n'est pas une demande pour atténuer les tensions entre Enbridge (TSX: ENB), le promoteur du projet de pipeline Northern Gateway, et la province du Pacifique.

«Comme vous le savez peut-être, un nombre important de permis sont requis pour qu'un projet de pipeline aille de l'avant en Colombie-Britannique», écrit Mme Clark.

Au cours de l'été, Mme Clark a déclaré que la Colombie-Britannique exigerait une plus grande part des recettes du projet pour compenser, selon ses propres termes, les risques disproportionnés que représente la construction du pipeline pour l'environnement.

La lettre fait référence à cet argument et poursuit en soulignant que Mme Clark a donné à Mme Redford et au premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, un préavis avant que la position de sa province ne soit énoncée publiquement, plus tôt cet été.

«Mon gouvernement a été clair : il y a des risques environnementaux importants associés au projet Northern Gateway et, bien qu'il y ait d'importantes retombées économiques pour le Canada et l'Alberta, il y a peu d'avantages pour la Colombie-Britannique.»

Mme Redford envisagerait d'accepter l'invitation de Mme Clark, selon un communiqué émis par son bureau.

«Si nous arrivons à coordonner nos horaires lors de la visite de la première ministre à Calgary, nous serions ouverts à une rencontre», indique le communiqué.

«Toutefois, la position de l'Alberta sur le projet n'a pas changé. C'est un projet commercial. Il ne s'agit pas du pipeline de l'Alberta et les revenus générés grâce aux ressources de l'Alberta ne feront pas l'objet de discussions.»

Mme Clark a aussi réitéré l'appui de la Colombie-Britannique envers l'extraction de ressources naturelles et l'industrie pétrolière et gazière. Elle a aussi rappelé que sa province avait offert son soutien à plusieurs projets de gaz naturel liquéfié.

Mme Clark termine la lettre en disant qu'elle est consciente des avantages que représente la concrétisation du projet pour l'Alberta.

PLUS:pc