NOUVELLES

Manifestations étudiantes : un groupe demande l'abandon des poursuites

25/09/2012 04:08 EDT | Actualisé 24/11/2012 05:12 EST

Un groupe d'étudiants se mobilise pour réclamer l'abandon des poursuites des personnes arrêtées lors des manifestations contre la hausse des droits de scolarité, le printemps dernier.

En dépit de l'abrogation par le gouvernement péquiste des dispositions de la loi 12 (projet de loi 78) qui encadraient les manifestations, des poursuites pénales, dont certaines en vertu de cette même loi, demeurent.

Dans une lettre ouverte au quotidien Le Devoir, un étudiant réclame l'amnistie générale afin d'éviter de longs procès onéreux. « Une surutilisation de l'aide juridique (qui coûtera nettement plus cher que les amendes) amènera des hausses de taxes qui seront payées par les contribuables [...] », écrit Simon Lefranc, au nom d'un groupe citoyen nommé « Amnistie générale ».

Marc-Antoine Cloutier, directeur général de la clinique Juripop, qui fournit les avocats aux différentes fédérations étudiantes, doute pour sa part que le ministère de la Justice intervienne pour « gracier » les étudiants.

« Le principe de l'indépendance du Directeur des poursuites criminelles et pénales est très important, [d'autant plus que] ça s'est rarement vu », a-t-il déclaré mardi lors d'un entretien sur les ondes du Réseau de l'information.

Selon lui, les dossiers, particulièrement le volet criminel, seront probablement traités « au cas par cas ». « En réalité, il y a eu des infractions émises en vertu des règlements municipaux, d'autres en vertu du code criminel, ce ne sont pas les mêmes procureurs », poursuit-il.

Le directeur général de la clinique Juripop, qui a récemment abandonné sa contestation de la loi 12, reconnaît toutefois que les frais et le temps liés à des auditions, si elles ont lieu, pourraient être « extrêmement importants ».

PLUS: