NOUVELLES

L'ONU veut lutter contre le viol utilisé comme arme dans des conflits

25/09/2012 11:09 EDT | Actualisé 25/11/2012 05:12 EST

Des équipes d'experts médicaux, des responsables des services de police et des travailleurs sociaux pourraient être envoyés dans des zones de conflits dans le cadre d'une nouvelle tentative pour lutter contre l'utilisation du viol comme arme de guerre, ont indiqué mardi des ministres lors d'une réunion en marge de l'Assemblée générale des Nations unies.

Le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, a offert 1 million de livres sterling pour financer ce projet, et s'est engagé à faire de ce problème l'une des priorités de l'ordre du jour de son pays lorsque celui-ci obtiendra la présidence tournante du G8 en 2013. Il a également appelé les autres nations à débourser les cordons de la bourse.

Lors de cette réunion, M. Hague a dit vouloir en finir avec la notion que les gens utilisant le viol comme arme puissent éviter la prison. Il en appelle d'ailleurs à la fin d'une «culture d'impunité».

En plus d'un meilleur soutien aux victimes, M. Hague a déclaré que les États devaient augmenter leur «capacité à identifier et traîner en justice les personnes responsables de tels crimes».

Selon lui, la Grande-Bretagne travaille déjà à créer des équipes qui seront déployés dans des zones de conflits, et coopèreront avec d'autres nations pouvant aussi fournir des experts.

Le Canada, les États-Unis et l'Australie se sont déjà engagés à participer au projet.

PLUS:pc