RESTAURATION RAPIDE - Ce n'est pas pour rien qu'on parle de "marques". Une nouvelle étude permet de mieux comprendre comment les logos des marques de fast-food restent imprimées dans le cerveau des plus jeunes. Dirigée par Amanda Bruce de l'Université du Missouri-Kansas, aux Etats-Unis, cette expérience explique pourquoi les yeux de nos têtes blondes s'illuminent quand ils voient un gros M jaune.

Pour le comprendre des chercheurs ont scanné et observé les réactions des cerveaux de plusieurs enfants âgés de 10 et 14 ans devant la représentation de 120 logos. Parmi ces logos, soixante représentaient des marques agroalimentaires ou associées au fast-food, à l'image de McDonald's ou de Rice Krispies, quand les soixante autres provenaient de marques qui n'avaient rien à voir à l'instar de BMW, ou du transporteur FedEx.

Logorama

Côté analyse, les chercheurs ont utilisé un scanner qui leur a permis d'observer l'afflux de sang dans le cerveau des enfants, et donc de voir quelles zones étaient stimulées devant certaines logos. Bilan: certains logos ont provoqué des réactions très fortes, d'autres pas du tout. Quant aux logos des chaînes de fast-food, ils provoquent un afflux de sang important dans les zones cérébrales associées au processus de récompense ou l'appétit.

La belle affaire, direz-vous. Il semble en effet évident que la vue d'un logo McDonald's donne faim. Ce qui l'est moins, c'est de savoir si les enfants sont davantage enclins à aller manger dans des fast-food qu'ailleurs. Or, c'est bien le cas affirme Amanda Bruce. "On sait que les enfants sont plus enclins à choisir une nourriture associée à un logo qu'ils connaissent", a-t-elle déclaré au quotidien britannique The Independent. "Le problème, c'est que, riches en gras et en sucre, ces aliments ne sont souvent pas bons pour la santé", conclut-elle.

Le rôle de la publicité

L'étude d'Amanda Bruce fait écho à une autre expérience dont les résultats ont été publiés dans la revue américaine Pediatrics en 2011. Cette fois-ci, les chercheurs ont tout simplement assis 281 enfants devant des postes de télévision montrant des publicités alternées de dessins animés, comme dans la vraie vie.

S'il est évident que la publicité a un influence sur nos choix (sinon les marques ne prendraient pas cette peine), l'expérience a montré que plus un enfant regarde la télévision, plus il aura tendance à s'orienter vers les produits de grandes marques. C'est pourquoi la Société américaine de Pédiatrie (American Academy of Pediatrics) ne préconise pas plus de deux heures de télévision par jour pour les enfants.

Lire aussi:
» McDonald's ouvre son premier restaurant végétarien
» L'ex-PDG de McDo se lance dans le fast-food écolo
» Envie de maigrir? Pensez à baisser la lumière et à monter le volume
» Manger trop gras provoquerait de graves dommages au cerveau
» On mange plus gras que les Américains, faut-il en faire un fromage?
» L'obésité, c'est dans la tête ou dans l'assiette? Le débat Pierre Dukan / Jacques Fricker

Et pour les grands-enfants, voici 60 ans d'histoire de fast-food en archives, et en vidéo

Loading Slideshow...
  • 1949 : le déjeuner-parking aux Etats-Unis

    Garde-manger robot, parc à autos, en 1949 les Français découvrent le déjeuner-parking. Un repas à déguster dans sa voiture, mais le commentaire du reportage averti : "un progrès qui ne remplace ni le charme d'un menu à la carte, ni le sourire de cette charmante servante toujours rousse dont parle la chanson."

  • 1981 : la France découvre les fast-food

    Présents sur le territoire depuis la fin des années 70, les médias commencent à s'intéresser à ces drôles de restaurants où on mange des hamburgers et des frites en buvant du coca.

  • 1982 : la guerre McDo - Burger King est déclarée

    Aux Etats-Unis la guerre entre Burger King et McDonald's fait rage, pour le plus grand bonheur des téléspectateurs français.

  • 1987 : Paris accueille le premier salon de la restauration rapide

  • 1988 : Les problèmes commencent

    Premières enquêtes, premiers problèmes, l'hygiène des fast-food est remise en question. Une image qui ne cessera de coller à la peau de ces marques de prêt-à-manger, malgré leurs efforts à venir pour s'en débarrasser.

  • 1993 : Polémique, un McDo devant la Tour Eiffel?

    Touche pas à mon symbole. McDonald's souhaite ouvrir un restaurant devant la Tour Eiffel. La ville de Paris refuse, la guerre est déclarée.

  • 1993 : un McDo en ex-URSS

    Deux ans après la chute de l'URSS, un McDonald's ouvre à Moscou. Tout un symbole.

  • 1999 : Un McDo saccagé à Millau, un autre à Rennes

    Sur fond de lutte contre la mondialisation, José Bové et Confédération paysanne mette à sac un McDonald's à Millau, dans l'Aveyron. Condamné, d'autres paysans s'emparent du mobilier d'un McDonald's de Rennes pour payer sa caution.

  • 2000 : Chômage des jeunes, le fast-food vivier d'emplois

    Après le saccage du McDonald's de Millau, la contre-offensive. Les chaînes de fast-food communiquent et insistent sur leur rôle économique et social, notamment à travers l'idée qu'ils constituent une source d'emploi importante pour les jeunes en quête d'une première expérience ou d'un petit boulot.

  • 2004 : Super Size Me

    L'offensive vient cette fois des Etats-Unis. Durant un mois le réalisateur américain Morgan Spurlock a mangé McDo, matin, midi et soir. Il a grossi de 13 Kilos. Son documentaire décrit les effets de cette consommation. L'idée lui est venue quand deux clientes ayant portées plainte contre McDonald aient été déboutées. Il est allé jusqu'au bout de la logique américaine qui combine sédentarité et alimentation trop riche. Il était suivi par plusieurs médecins.

  • 2004 : un fast-food halal

    A Clichy-sous-Bois, un fast food halal vient d'ouvrir ses portes. Des filles voilées ont alors trouvé du travail.... L'équipe pense déjà à la création d'une chaine de fast food. Les ventes de viande halal progressent alors de 15% par an depuis 7 ans. [Source : documentation France 3]

  • 2006 : les fast-food s'adaptent à la mode diététique

    A l'occasion de la 17ème Semaine du goût, reportage sur le nouveau souci diététique affiché par les enseignes de restauration rapide, avec l'introduction de légumes et de fruits ou la réduction des graisses. Visite d'un fast food de La Défense à Paris, interview de Antoinette BENOIT, directrice innovation de McDonald's et témoignage d'une cliente mangeant une salade, extrait d'un film publicitaire puis interview d'Hubert VILMER, responsable goût et nutrition chez "Quick", enfin comparaison menée chez un chef cuisinier, Henri GARCIA, qui confectionne un hamburger maison.

  • 2010 : le fast-food se diversifie

    De plus en plus d'enseignes proposent des menus rapides avec des produits de qualité. Ces menus à prendre sur place ou à emporter combinent gastronie et petits prix. Un chiffre, il est sans appel: le temps moyen consacré au déjeuner a été divisé par 3 en 35 ans il est passé d'une heure et demie à une demie heure.. L'alimentation sur le pouce, et notamment le bon vieux sandwich continue de progresser mais elle veut se débarasser de sa mauvaise image.

  • 2011 : Un fast-food 3 étoiles à Strasbourg

    À Strasbourg s'est ouvert un fast food, ouvert à toute heure, qui sert de la nourriture de qualité. La recette a été concoctée par Antoine Westerman, un chef multi-étoilé de Strasbourg. Il s'est inspiré des méthodes de la restauration rapide sauf pour la recette des tartines au caviar d'aubergine.

Les croquettes
1  sur  11
JOUER
PLEIN ÉCRAN
ZOOM
Partager cette image 
Un professeur de nutrition, le Dr. Mark Haub, a fait l'expérience de ne manger que des aliments frits ou vides (croquettes, chips, biscuits, etc.) pendant dix semaines. Il a ainsi perdu 27 livres et sa masse corporelle est passée de 28.8 (pratiquement obèse) à 24.9 (normale).