NOUVELLES

Le pétrole finit en baisse à New York, craintif pour l'économie américaine

25/09/2012 03:35 EDT | Actualisé 25/11/2012 05:12 EST

Les cours du pétrole ont fini en baisse mardi, après une ouverture en nette hausse, dans un marché plombé par un discours d'un dirigeant de la Réserve fédérale des Etats-Unis (Fed) remettant en cause l'efficacité des dernières mesures de relance de l'institution.

Le baril de référence pour livraison en novembre a cédé 56 cents, à 91,37 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Les cours du brut new-yorkais avaient pourtant évolué dans le vert toute la matinée, soutenus par des craintes de voir l'offre en or noir baisser, alors que les tensions entre l'Iran et les pays occidentaux s'accroissaient.

De bons chiffres sur le logement et la confiance des consommateurs, de bon augure pour la reprise de l'économie et pour la demande en produits pétroliers aux Etats-Unis, avaient dans un premier temps conforté cette tendance haussière.

Mais les opérateurs ont réagi en deuxième partie d'échanges aux commentaires du président de l'antenne de la Fed à Philadelphie (est des Etats-Unis), Charles Plosser, qui a expliqué pourquoi il s'était opposé aux nouvelles mesures de relance monétaire décidées par la banque centrale.

Dans un discours dont le texte a été transmis à la presse, M. Plosser a estimé que la décision du Comité de politique monétaire de la Fed (FOMC) de procéder à des rachats de titres adossés à des créances immobilières, à raison de 40 milliards de dollars par mois, était "inopportune" et devrait se révéler "inefficace dans l'environnement actuel".

"Les coûts potentiels et les risques" liés à cette décision "sont supérieurs aux maigres bénéfices qu'on pourrait en attendre", a-t-il estimé, disant craindre que la nouvelle politique de la Fed se traduise à long terme par une poussée d'inflation.

"Cela ne fait que confirmer ce que l'on savait déjà (c'est-à-dire) que la troisième vague d'assouplissement monétaire a eu lieu" parce que les deux premières n'ont pas réussi à remettre sur les rails l'économie américaine, a estimé Rich Ilczyszyn, de iiTrader.

"Le marché se sent plus déprimé" qu'auparavant et se dit que "ce nouveau soutien signifie que les (banquiers centraux) en savent peut-être plus que nous" sur la situation réelle de l'économie, et que "la situation pourrait être pire qu'anticipé", a-t-il ajouté.

ppa/sl/bdx

PLUS:afp