NOUVELLES
25/09/2012 10:24 EDT | Actualisé 25/11/2012 05:12 EST

La Banque mondiale lance son programme d'appui à un projet social au Maroc

La Banque mondiale (BM) a lancé mardi son programme d'appui, via un prêt de 300 millions de dollars, en faveur d'un projet visant à lutter contre la pauvreté au Maroc.

Selon l'agence marocaine de presse MAP, il s'agit de financer la deuxième phase du projet Initiative nationale pour le développement humain (INDH). Ce prêt avait été approuvé dès juin dernier par le conseil d'administration de la Banque mondiale, a précisé à l'AFP une responsable locale de l'institution.

Initié par le roi Mohamed VI, l'INDH a permis depuis 2005 de réduire de 32% les poches de pauvreté dans le pays, selon des statistiques officielles.

La seconde phase, qui s'étend de 2011 à 2015, se fixe plusieurs objectifs dont la lutte contre la pauvreté en milieu rural, la lutte contre l'exclusion sociale en milieu urbain et contre la précarité.

Au total, sur l'ensemble de l'année fiscale 2012 qui vient de s'achever, le montant des prêts accordés au Maroc par la Banque mondiale atteint 665 millions USD, a précisé la responsable locale de l'institution à l'AFP.

Dans un communiqué, la BM a par ailleurs souligné que ce total comprenait une somme de 50 millions en faveur du projet de développement des micro, petites et moyennes entreprises, dans le but d'améliorer l'accès au crédit.

"Les MPME sont l’épine dorsale de l’économie marocaine. On estime qu’elles représentent plus de 90 % des entreprises marocaines et une grande partie de l’emploi total", souligne le texte.

En septembre, le Maroc a reçu la visite d'une responsable régionale de la Banque mondiale, Inger Andersen, qui a incité les autorités du royaume à prendre "très au sérieux" la question du chômage des jeunes, qui atteint 30%.

Selon la MAP, le Maroc s'est par ailleurs vu octroyer en ce début de semaine un prêt de 1,7 milliard de dirhams (environ 200 millions de dollars) par le Fonds monétaire arabe (FMA).

Ce prêt vise à soutenir "la balance des paiements et le commerce extérieur avec les pays arabes et à accompagner les stratégies macro-économiques" du pays. Deux conventions de financement ont été signées entre le gouvernement et le FMA, une institution intergouvernementale qui réunit la quasi intégralité des membres de la Ligue arabe et dont le siège est aux Emirats arabes unis.

Ce fonds vise aussi à combler des déficits des balances de paiement des Etats membres, à faciliter la coordination des positions des différents pays sur les grands problèmes financiers et économiques internationaux. Il souhaite à terme parvenir à l'intégration économique de ses membres.

gk/hj

PLUS:afp