NOUVELLES

Italie - La Juventus tient le choc chez la Fiorentina

25/09/2012 04:49 EDT | Actualisé 25/11/2012 05:12 EST

La Juventus Turin a résisté aux assauts de la Fiorentina (0-0) sur un terrain qui lui est toujours hostile et conservé la tête du championnat d'Italie, mardi lors du premier match de la 5e journée, passant avec succès son premier test sérieux en Serie A.

La Juve reste la grande favorite à sa propre succession. Une semaine après un solide 2-2 sur le terrain de Chelsea en Ligue des champions, elle a contenu non sans mal la "Viola", une de ses grandes rivales locales.

Dans un stade Artemio-Franchi comble, elle a signé son 44e match de championnat sans défaite, une série étalée sur trois saisons!

Antonio Conte, suspendu cette saison pour une affaire de paris truqués ("Calcioscommesse") quand il était entraîneur de Sienne, s'était installé dans la cabine de "Juve Channel", la chaîne télé du club, pour éviter d'attiser la rivalité entre les deux clubs.

La Fiorentina, qui n'a plus battu la Juve au Franchi depuis 1998, y a pourtant mis du coeur et du talent, emmenée par Stevan Jovetic, sa perle offensive, que le géant turinois voulait recruter cet été.

La "Viola" a dominé la première période, mais n'a pas fait fructifier une de ses deux énormes occasions en une minute, une tête du Monténégrin Jovetic sur la barre (41) et un tête-à-tête d'Adem Ljajic avec Gianluigi Buffon manqué par l'attaquant serbe, parti dans le dos de la défense de la Juve (42)

Toujours séduisante, l'équipe de Vincenzo Montella a gardé le contrôle de la partie après la pause, mais n'a pas fait craquer l'arrière-garde "bianconera", malgré notamment une frappe du défenseur argentin Sebastian Roncaglia juste à côté (53), ou un tir du capitaine Manuel Pasqual qui a longé la ligne de but (81).

La Fiorentina n'a pas effacé le cinglant 5-0 encaissé ici-même la saison dernière.

La Juve ralentit légèrement après quatre victoires de rang en Serie A. Elle n'a guère été dangereuse, le duo d'attaque Sebastian Giovinco-Antonio Quagliarella, choisi par Conte et Massimo Carrera, son adjoint assis lui sur le banc, n'a pas pesé, et Andrea Pirlo s'est encore montré loin de son niveau éblouissant de l'Euro-2012: une belle ouverture, mais de nouveaux des ballons perdus.

La "Vieille Dame" reste à la merci de Naples (2e), qui reviendrait à sa hauteur s'il remportait mercredi le choc entre les deux poursuivants de la Juve, contre la Lazio Rome (3e).

eba/jmt

PLUS:afp