NOUVELLES
25/09/2012 11:55 EDT | Actualisé 25/11/2012 05:12 EST

Infrastructures : l'UMQ plaide pour une augmentation des investissements

L'Union des municipalités de Québec (UMQ) souhaite que les gouvernements augmentent les investissements dans les infrastructures municipales, dont plus de 40 % manquent d'entretien.

Selon l'UMQ, les investissements dans les infrastructures municipales québécoises devraient augmenter d'environ deux milliards de dollars par année pendant 15 ans, une facture à partager entre les trois paliers de gouvernement.

L'UMQ se base sur une étude sur la situation des infrastructures municipales au Québec réalisée pour son compte par Deloitte et E&B Data. Les différents paliers de gouvernement investissent 30 milliards de dollars de 2008 à 2014 afin de rattraper le retard dans les infrastructures. Toutefois, les municipalités soutiennent que les investissements devront être maintenus et augmentés. L'UMQ fait valoir que dans certaines municipalités, les besoins sont deux fois plus grands que les investissements effectués pour entretenir ou rendre conformes aux normes les routes, les réseaux d'aqueduc et les équipements culturels, récréatifs et sportifs.

« Il faut qu'on priorise dans notre budget ce qu'on fait avec tout ça et chez nous, à Lévis, on investit 65 millions et il faudrait qu'on investisse le double pour répondre à tout ça », mentionne par exemple la mairesse de Lévis, Danielle Roy-Marinelli.

L'UMQ souligne par ailleurs que les Villes paient plus de 70 % de la facture en infrastructures. Les gouvernements, pour leur part, récupèrent une partie de leurs investissements en impôts, mentionne Normand Bergeron, conseiller à la direction chez Deloitte.

« Au niveau du palier municipal, il n'y a pas de retours fiscaux des investissements au niveau des infrastructures, contrairement au gouvernement fédéral où chaque fois où le gouvernement fédéral met 1 $, il a 30 sous de retour par la fiscalité et au niveau du gouvernement du Québec, c'est 27 sous », précise M. Bergeron.

L'UMQ souligne de plus que les investissements dans les infrastructures municipales ont été une « bouée de sauvetage de l'économie québécoise et canadienne » pour l'aider à traverser la crise économique.

PLUS: