Huffpost Canada Quebec qc

Des ministres voteraient en faveur de la motion en lien avec l'avortement

Publication: Mis à jour:
AVORTEMENT
(Alamy) | Alamy

OTTAWA - Le ministre de l'Immigration Jason Kenney va voter en faveur d'une motion controversée en lien avec l'avortement et, selon son instigateur, elle aura aussi le soutien d'autres ministres.

La motion M-312 du député conservateur Stephen Woodworth vise à procéder à une étude de la définition de l'«être humain» qui se retrouve dans le Code criminel canadien. Selon ses opposants, celle-ci pourrait avoir pour effet de rouvrir le débat sur le droit à l'avortement.

M. Woodworth tente de recueillir des appuis pour sa motion même si le premier ministre Stephen Harper a maintes fois déclaré que son gouvernement ne souhaitait pas toucher à ce dossier et qu'il allait lui-même voter contre.

Le vote sur la motion aura lieu mercredi.

Lundi, M. Kenney, un influent membre du cabinet Harper, a déclaré publiquement son soutien pour la motion de son collègue.

«Je voterai en faveur de la motion et je respecte les points de vue de tous les ministres et députés. Je crois qu'on peut avoir des débats respectueux sur ces questions-là», a déclaré M. Kenney, en point de presse sur un autre sujet.

Le ministre a rappelé que M. Harper suit une tradition au Parlement qui est de laisser les votes libres — c'est-à-dire, sans imposer de ligne de parti — sur les sujets liés à la vie humaine, comme la peine de mort et l'euthanasie.

Plus tard en journée, M. Woodworth s'est dit satisfait de l'appui de M. Kenney, «qui a beaucoup d'envergure et de respect de la part des parlementaires, de tous les côtés de la Chambre».

Il a indiqué qu'il avait parlé à plusieurs ministres et que M. Kenney ne serait pas le seul membre du cabinet à voter en faveur de sa motion.

Il est aussi confiant d'avoir l'appui de députés de l'opposition. Le libéral John McKay a notamment indiqué lundi qu'il allait voter pour.

Malgré cela, M. Woodworth ne croit pas encore avoir le 50 pour cent de votes nécessaires pour faire adopter M-312.

«C'est pourquoi je continue à rencontrer des membres du Parlement et que j'encourage les Canadiens à continuer de contacter leur député pour faire connaître leur soutien à la motion M-312», explique-t-il.

Le Code criminel stipule qu'un enfant «devient un être humain au sens de la présente loi lorsqu'il est complètement sorti, vivant, du sein de sa mère». M. Woodworth juge cette définition archaïque. Il souhaite qu'un comité se penche sur la question et bénéficie des avancées de la science pour voir si la définition doit être revue.

Le député conservateur convient toutefois que ce débat pourrait déclencher un engrenage et potentiellement mener à la réouverture du débat sur le droit à l'avortement au Canada.

Certains membres de l'opposition estiment que si M. Harper ne veut pas revoir le dossier de l'avortement, il n'est pas suffisant qu'il vote contre la motion: il doit aussi empêcher les membres de son caucus de remettre périodiquement ce sujet en question.

D'autres croient que M-312 n'est qu'une tentative faite «par la porte arrière» pour bannir l'avortement.

Les néo-démocrates et les bloquistes ont annoncé qu'ils allaient tous voter contre la motion. De leur côté, les libéraux et les conservateurs ne devraient pas imposer de ligne de parti, laissant plutôt à chaque député le loisir de voter comme bon lui semble.