NOUVELLES

Un record intouchable

24/09/2012 04:52 EDT | Actualisé 23/11/2012 05:12 EST

Sur la galerie de presse, on croyait à un record quand Trent Guy des Alouettes a réussi un retour à partir du fond de sa zone des buts pour le touché, dimanche. Mais Guy aura beau s'échiner à la tâche, jamais il ne pourra inscrire son nom dans le grand livre du football canadien.

Un texte d'Olivier Arbour-Masse

Le plus long retour de placement raté est long de 131 verges. Une distance impossible à franchir aujourd'hui considérant que le terrain mesure 110 verges et la zone des buts, 20 verges.

C'est qu'à l'époque où Boyd Carter et Dave Mann ont combiné leurs efforts pour franchir ces 131 verges, la zone des buts était profonde de 25 verges.

Les deux joueurs des Argonauts de Toronto ont inscrit leur nom dans le livre des records de la Ligue canadienne (LCF) le 22 août 1958 contre les Alouettes. Carter avait franchi 15 verges avant de réussir une latérale à Mann qui a fait le reste du travail.

La zone des buts a été réduite à 20 verges pour la saison 1986. Le changement a été apporté en raison des rénovations dans les stades et de l'ouverture de nouveaux amphithéâtres, particulièrement le BC Place.

Le stade vancouvérois, construit pour l'Expo 86, a accueilli les Lions de la Colombie-Britannique dès 1983. La zone des buts était, dès lors, d'une profondeur de 20 verges.

Dans la catégorie « plus long retour de placement raté », le 2e rang est occupé par Ken Hinton des Lions. Sa marque de 130 verges, établie le 24 septembre 1977, ne sera, elle non plus, jamais battue.

Pour compléter un retour de 130 verges, le joueur devrait avoir les pieds sur la ligne de fond en captant le ballon. Mais un tel positionnement le placerait à l'extérieur du terrain.

On peut donc affirmer que Trent Guy a, d'une certaine façon, établi un record : celui du plus long retour possible selon les dimensions actuelles des terrains de la LCF.

PLUS: