La Tunisie a estimé à 13 milliards de dollars les avoirs et biens confisqués à la famille de l'ancien président, Zine El Abidine Ben Ali, et à son parti, le Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD), a annoncé lundi le ministre des Domaines de l'Etat, Slim Ben Hmidane.

Cette estimation concerne des biens immobiliers, des sociétés, des voitures et des titres fonciers saisis, a précisé M. Ben Hmidane, cité par l'agence officielle TAP.

Des passeports étrangers, des tampons de la douane, de la drogue et une ceinture explosive, ont aussi été confisqués, a-t-il dit après un entretien avec le président Moncef Marzouki.

Ben Ali et son clan possèdent encore "des sommes importantes d'argent à l'étranger" et entretiennent des "relations financières avec des réseaux internationaux établis dans des pays européens", a indiqué le ministre, sans préciser les sommes en question.

"Ce qui a été dévoilé prouve qu'il s'agit d'une mafia qui s'étend au niveau international", a-t-il affirmé.

La famille de M. Ben Ali, en particulier les proches de son épouse, les Trabelsi, avaient mis la main sur les fleurons de l'économie tunisienne. Les entreprises et biens saisis depuis la révolution de janvier 2011 ont été confiés à des administrateurs judiciaires.

Ben Ali, son clan et celui de sa femme Leïla Trabelsi sont par ailleurs poursuivis dans plusieurs affaires de corruption.