Le trampoline récréatif «fortement déconseillé» par les médecins américains

Publication: Mis à jour:
TRAMPOLINE
(Shutterstock) | Shutterstock

TORONTO - Tout comme ils aiment rebondir sur les lits, les enfants sont aussi attirés par le trampoline, passe-temps qui est probablement devenu plus populaire depuis que la Canadienne Rosie MacLennan a décroché l'or aux Jeux de Londres.

Une association représentant quelque 60 000 pédiatres américains est toutefois d'avis que le trampoline peut entraîner des risques sérieux de blessures, surtout chez les jeunes enfants.

Dans un communiqué publié lundi, l'American Academy of Pediatrics (AAP) «déconseille fortement» l'utilisation des trampolines récréatifs, que ce soit à la maison ou dans les parcs intérieurs qui disposent d'équipements de haute voltige.

Cet avis est partagé de ce côté-ci de la frontière. En janvier, la Société canadienne de pédiatrie a réaffirmé une prise de position similaire à celle de l'AAP, qu'elle avait rendue publique en 2007.

Les blessures que redoutent les professionnels de la santé peuvent varier, allant des poignets brisés aux épaules disloquées en passant par des chevilles foulées et des traumatismes cervicaux. De plus, environ une blessure sur 200 liée à l'utilisation du trampoline peut mener à des dommages neurologiques permanents, selon ce qu'a démontré une étude américaine en 2000.

Une blessure qui est unique à l'utilisation du trampoline est une forme de fracture de la jambe appelée «fracture proximale», principalement observée chez les enfants de moins de six ans.

Les filets de protection autour du trampoline ne préviendraient même pas deux tiers des blessures qui surviennent en majorité sur le tapis central, selon la docteure Michele Labotz, auteure du communiqué de l'AAP.

Les blessures à la tête et au cou sont souvent le résultat de vrilles manquées sur le trampoline.