Le Parti québécois pourrait avoir de la difficulté à combler le manque fiscal causé par l'abolition de la taxe santé, puisqu'il ne pourra pas compter sur l'appui de l'opposition pour aller de l'avant avec les changements proposés aux paliers d'imposition.

Pour pallier la perte d'un milliard de dollars en revenus qui découlera de l'abolition de la taxe santé, le gouvernement Marois compte augmenter l'impôt des contribuables qui gagnent plus de 130 000 $ par année - tel qu'annoncé dans sa plateforme électorale - mais de façon rétroactive.

Le gouvernement minoritaire de Pauline Marois aura toutefois besoin de l'appui des partis d'opposition pour ajouter deux nouveaux paliers d'imposition, puisqu'une modification à la loi sur les impôts requiert un vote de l'Assemblée nationale.

L'ex-ministre des Finances et député libéral dans la circonscription d'Outremont, Raymond Bachand, qui avait affirmé samedi que le PQ était hypocrite ou incompétent d'aller de l'avant avec une telle mesure, a déclaré lundi qu'il allait voter contre une hausse d'impôt rétroactive.

Il soutient que le PQ n'a jamais précisé pendant la campagne que la hausse d'impôt serait rétroactive sur l'année 2012. « Ça ne se fait pas en fiscalité », a-t-il souligné en entrevue à Radio-Canada. « On va s'opposer à cette mesure de surtaxation. [...] Le gros des contribuables est dans la classe moyenne », a-t-il précisé, ajoutant qu'à son avis, l'ensemble des décisions du PQ sont improvisées.

Le porte-parole en matière de finances de la Coalition avenir Québec (CAQ), Christian Dubé, croit aussi que le PQ fait fausse route. « Est-ce que vous trouvez que [Pauline Marois] respecte tout le monde en faisant ce qu'elle fait, à la vitesse où elle le fait? Si les caquistes, comme les péquistes, sont favorables à l'abolition de la taxe santé, ils ne s'entendent pas sur les moyens. La CAQ réclame d'urgence des explications et une mise à jour économique. [...] Actuellement, tout le monde est dans un flou immense », a-t-il déclaré.

Le nouveau ministre des Finances, Nicolas Marceau, a pour sa part refusé les demandes d'entrevues. Il devrait toutefois être sur le plateau de RDI économie dès 18 h 30 et de 24 heures en 60 minutes à 19 h mardi.