NOUVELLES

NFL: la colère envers les arbitres de remplacement a monté d'un cran

24/09/2012 08:32 EDT | Actualisé 24/11/2012 05:12 EST

NEW YORK, États-Unis - Bill Belichick des Patriots était confus au sujet d'un placement décisif qu'il croyait hors cible. Jim Schwartz des Lions ne comprenait pas pourquoi une punition pour rudesse faisait reculer son club de 27 verges. Andy Reid des Eagles trouvait qu'on l'ignorait alors qu'il voulait décliner une pénalité.

La colère envers le travail des arbitres de remplacement a monté d'un cran, lors de la troisième semaine du calendrier de la NFL.

Lors du match Ravens-Patriots, des échauffourées suivaient des jeux ordinaires, dans ce qu'un analyste a qualifié du phénomène du professeur remplaçant: voir jusqu'où on peut aller avant le retour du régulier.

«La nature fait que nous allons essayer de tester les limites de toute façon, a dit le secondeur Chad Greenway, des Vikings. C'est dans les matches qu'on peut voir à quel point ils sont sévères ou pas.»

John Fox des Broncos a été soulagé de 30 000 $ et son coordonnateur défensif Jack Del Rio de 25 000 $ pour des abus verbaux envers les arbitres contre Atlanta, le 17 septembre. D'autres amendes sont à prévoir pour Belichick et le coordonnateur de l'attaque des Redskins, Kyle Shanahan, et possiblement pour d'autres aussi.

Fox était hors de lui quand on lui a dit qu'il ne pouvait pas demander une révision d'un appel de 12 joueurs sur le terrain - il avait le droit de le faire, bien que la reprise a montré que les Broncos étaient coupables.

Avant de saisir le bras d'un officiel, dimanche soir, Belichick voulait savoir pourquoi le placement de Justin Tucker a été jugé bon. Il ne pouvait pas en être sur à partir d'où il se trouvait, a t-il mentionné.

La confusion était encore plus grande concernant la punition contre Detroit lors de la prolongation, au Tennessee. Les officiels ont puni les Lions à partir de leur ligne de 44 plutôt que de la ligne de mêlée, soit la ligne de 44 des Titans. Rob Bironas a signé un placement vainqueur peu après.

Schwartz a remarqué que l'arbitre de réserve, qui aide à la gestion des punitions, se trouvait près du camp des Lions.

«Je lui ai dit, 'Vous n'avez pas placé le ballon à la bonne place', mais il insistait pour dire que oui, a dit Schwartz. Rendu à ce point-là, il fallait mettre le ballon en jeu.»

L'entraîneur des Titans Mike Munchak, de son côté, ne s'excusait pas pour la façon dont laquelle son équipe a gagné, 44-41.

«Je ne me sens aucunement coupable, dit Munchak. Nous n'avons pas le contrôle sur qui va arbitrer. C'est pareil pour tout le monde, alors il ne faut pas trop se formaliser de ça.»

Dimanche, la NFL et les arbitres réguliers se sont rencontrés sans trouver d'entente qui mettrait fin au lock-out amorcé en juin. L'association des joueurs a demandé aux 32 propriétaires de régler le problème, en disant que l'intégrité du jeu est menacée.

PLUS:pc