NOUVELLES

L'OMS surveille un nouveau virus semblable au SRAS apparu en Arabie saoudite

24/09/2012 06:50 EDT | Actualisé 24/11/2012 05:12 EST

LONDRES - Les responsables de la santé publique dans le monde surveillent étroitement un nouveau virus respiratoire lié au syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), qui aurait tué au moins une personne en Arabie saoudite et laissé un citoyen du Qatar gravement malade à Londres.

Il s'agit d'un coronavirus issu de la même famille de virus que ceux qui causent le rhume et le SRAS, une maladie respiratoire grave qui a tué près de 800 personnes, principalement en Asie, en 2003.

Les autorités britanniques ont alerté l'Organisation mondiale de la santé (OMS) samedi au sujet du nouveau virus qui affecte un homme du Qatar transféré à Londres pour y être soigné. L'homme s'est récemment rendu en Arabie saoudite et il est présentement traité aux soins intensifs après avoir souffert d'une insuffisance rénale.

Selon l'OMS, des échantillons prélevés sur le patient qatari montrent qu'il est atteint du même virus que celui qui a tué un Saoudien âgé de 60 ans plus tôt cette année. L'OMS n'a pas recommandé de restrictions de déplacement et précise que la source de l'infection est toujours inconnue.

La situation suscite des inquiétudes à l'approche du pèlerinage à La Mecque, le mois prochain. Ce voyage, que tout musulman doit réaliser au moins une fois dans sa vie s'il en a les moyens, rassemble environ 2,5 millions de fidèles chaque année et a donné lieu à des épidémies par le passé, notamment de grippe, de méningite et de poliomyélite.

Les experts ne savent pas si le nouveau virus pourrait se répandre aussi rapidement que le SRAS, ni s'il pourrait tuer autant de gens. Le SRAS, initialement transmis à l'homme par des civettes en Chine, a touché plus de 30 pays après s'être déclaré à Hong Kong.

«Nous en sommes encore aux débuts», a indiqué le porte-parole de l'OMS, Gregory Hartl. «Pour le moment, nous avons deux cas sporadiques, et il nous reste encore beaucoup de choses à comprendre.»

M. Hartl a indiqué que les spécialistes ne savent pas encore comment le virus se répand. Les coronavirus se transmettent généralement par l'air, mais les scientifiques étudient la possibilité que les patients aient été infectés directement par des animaux, a-t-il précisé. Aucune preuve ne montre pour l'instant que le virus se transmet entre humains, selon le porte-parole de l'OMS.

«Tous les scénarios d'infection possibles sont explorés en ce moment», a-t-il dit.

Aucun autre pays n'a rapporté de cas similaires pour l'instant. Il n'existe aucun lien démontré entre les deux cas signalés, sauf le fait que les deux personnes atteintes se sont rendues en Arabie saoudite, a indiqué M. Hartl.

PLUS:pc