NOUVELLES

Liban: cinq Syriens arrêtés, un groupe islamiste s'insurge (sécurité)

24/09/2012 06:47 EDT | Actualisé 24/11/2012 05:12 EST

Cinq Syriens ont été arrêtés par les autorités libanaises dans le sud-est du pays, a indiqué à l'AFP un responsable des services de sécurité, provoquant la colère de partisans d'un groupe islamiste soutenant la rébellion syrienne.

Les cinq Syriens, non armés, ont été arrêtés dimanche après être entrés de la Syrie au Liban à travers Jabal al-Cheikh (Mont Hermon), une montagne imposante à la frontière avec la Syrie, en empruntant des chemins rocailleux, selon cette source.

Ils se trouvent actuellement dans un commissariat de Rachaya al-Fokhar, dans la région de Hasbaya proche du Mont Hermon, et s'apprêtent à être refoulés par les autorités, a ajouté cette source de sécurité.

Leur arrestation a provoqué l'ire de la Jamaa Islamiya, un groupe islamiste hostile au régime de Bachar al-Assad, dont une centaine de partisans ont manifesté lundi devant le commissariat.

"Nous ne permettrons pas qu'ils soient rapatriés, ce sont des réfugiés et on veut que les autorités nous les livrent pour que nous puissions leur assurer un refuge", a affirmé un partisan de Jamaa à l'AFP.

Le régime de Damas affirme régulièrement déjouer des tentatives d'infiltration de "terroristes", terme qu'il utilise pour désigner les rebelles, à partir du nord ou de l'est du Liban.

Les deux pays partagent une frontière au tracé imprécis de 290 km.

Depuis le début de la révolte en Syrie, la chute d'obus tirés à partir du territoire syrien et les échanges de tirs sont très fréquents à la frontière libanaise, selon des services de sécurité libanais.

Fait rare dans l'histoire récente des deux pays, le Liban a protesté à deux reprises contre ces violations auprès de son ancienne puissance de tutelle.

Samedi, l'armée libanaise a annoncé qu'un de ses postes dans l'est du pays a été "attaqué" par des rebelles près d'un village soutenant la rébellion, sans faire de victimes.

Le Liban est divisé face à la révolte qui secoue son grand voisin, entre partisans du président Assad menés par le mouvement chiite Hezbollah et le camp pro-occidental conduit par l'ancien Premier ministre sunnite Saad Hariri

Plus de 66.000 réfugiés syriens sont enregistrés auprès de l'ONU dans le pays.

tah-ram/sw

PLUS:afp