NOUVELLES

Le Royaume-Uni extradera l'imam radical Abou Hamza vers les États-Unis

24/09/2012 01:56 EDT | Actualisé 24/11/2012 05:12 EST

LONDRES - L'imam radical Abou Hamza Al-Masri, ancien prêcheur de la mosquée londonienne de Finsbury Park, a été débouté en appel et sera prochainement extradé vers les États-Unis, où il est accusé d'activité terroristes, a annoncé lundi le ministère britannique de l'Intérieur.

Les autorités britanniques avaient accepté en 2008 de suspendre son extradition, prenant acte de la décision de la Cour européenne des droits de l'homme, qui avait jugé qu'il ne pouvait être transféré avant l'examen de son cas à Strasbourg. La Grande chambre de la Cour européenne a annoncé lundi avoir rejeté la requête d'Abou Hamza Al-Nasri.

Il sera extradé vers les États-Unis dès que possible, selon le ministère britannique de l'Intérieur.

Les États-Unis l'accusent d'avoir tenté de mettre en place un camp d'entraînement d'Al-Qaïda dans l'Oregon en 2000 et 2001. Il est aussi accusé d'avoir assisté des islamistes qui ont enlevé 16 touristes étrangers au Yémen en 1998. Trois touristes britanniques et un australien avaient été tués lors d'une fusillade entre les forces de sécurité et les ravisseurs. Abou Hamza est aussi accusé d'avoir fait l'apologie du jihad en Afghanistan.

En juin 2008, la Haute cour britannique avait jugé qu'il devait être extradé aux Etats-Unis pour répondre de ces accusations. La Chambre des lords, plus haute instance juridique du pays, avait confirmé ce jugement, mais les avocats de l'imam avaient saisi la Cour européenne des droits de l'homme.

Abou Hamza, originaire d'Égypte, est l'un des imams radicaux les plus connus du Royaume-Uni, où il purge une peine de sept ans de prison pour incitation à la haine. Il est aveugle d'un oeil et muni de crochets à la place des mains, qu'il affirme avoir perdues en combattant les troupes soviétiques en Afghanistan dans les années 1980.

La mosquée de Finsbury Park, qui s'était radicalisée sous Abou Hamza, a notamment accueilli Zacarias Moussaoui, le Français condamné à la prison à vie pour complot en lien avec les attentats du 11 septembre 2001, et Richard Reid, le Britannique qui avait tenté de faire exploser une charge dissimulée dans sa chaussure à bord d'un vol transatlantique.

PLUS:pc