NOUVELLES

Grande-Bretagne : le présumé terroriste Abou Hamza sera extradé aux États-Unis

24/09/2012 04:10 EDT | Actualisé 23/11/2012 05:12 EST

La saga judiciaire d'Abou Hamza en Grande-Bretagne est arrivée à son épilogue. Londres a annoncé lundi qu'elle allait extrader Abou Hamza et quatre autres terroristes présumés aux États-Unis dès « que possible ».

L'annonce du gouvernement britannique survient après le rejet par la Cour européenne de justice (CEDH) des recours d'Abou Hamza et des quatre autres personnes.

La CEDH avait estimé le 10 avril que les lourdes peines de prison qu'ils encouraient aux États-Unis n'étaient « pas grossièrement disproportionnées » eut égard aux faits de terrorisme qui leur sont reprochés.

Mustafa Kamal Mustafa, dit Abou Hamza Al-Masri, fait l'objet de onze chefs d'accusation aux États-Unis. Il est notamment accusé d'avoir collaboré avec des islamistes qui ont enlevé 16 touristes étrangers au Yémen, en 1998. Trois Britanniques et un Australien ont été tués lors d'une opération de l'armée yéménite pour les libérer.

Il est aussi accusé d'avoir tenté de mettre en place un camp d'entraînement d'Al-Qaïda dans l'Oregon (nord-ouest du pays), en 2000-2001. Abou Hamza aurait également facilité l'entraînement de djihadistes dans des camps d'entraînement en Afghanistan.

Originaire d'Égypte, Abou Hamza est connu pour avoir dirigé la mosquée de Finsbury Park, dans le nord de Londres.

Cet imam aux discours enflammés prétend avoir perdu ses deux mains en combattant les troupes soviétiques en Afghanistan dans les années 1980.

Déchu de sa nationalité britannique, Abou Hamza vivait à Londres depuis 1979. Il a été arrêté en 2004.

PLUS: