Festival de cinéma de la Ville de Québec: deux fois plus de monde!

Publication: Mis à jour:

La deuxième édition du Festival de cinéma de la Ville de Québec (FCVQ) s'est officiellement terminée samedi sous les applaudissements nourris d'un public venu nombreux assister à la soirée de clôture où était présenté le film coup de point Inch'Allah de la réalisatrice québécoise Anaïs Barbeau-Lavalette.

Même si le festival est bien jeune, il est devenu un évènement culturel incontournable dans la capitale nationale. «C'est encore un peu tôt pour faire un premier bilan, mais je peux déjà vous dire qu'on a doublé notre assistance par rapport à l'année dernière avec plus de 20 000 personnes», a déclaré satisfait le co-directeur Olivier Bilodeau.

Pour 2012, les programmateurs ont eu l'idée de créer une sorte de quartier général installé en plein coeur de la Place D'Youville composé d'un igloo géant. «Contrairement à l'année dernière, on a voulu rassembler le public plutôt que de l'éparpiller à travers la ville. Un choix qui a certainement contribué au succès d'affluence», explique M. Bilodeau.

Le codirecteur pense également que le laissez passer à 35 dollars a permis à beaucoup de personnes de découvrir des films à moindre coût. «Notre mission consiste avant tout à permettre au public de prendre des risques en allant voir des films qui ne sont pas dans leur habitude», ajoute-t-il.

Il faut dire que les trois jeunes co-directeurs (Marie-Christine Laflamme, Christopher Lemonnier et Olivier Bilodeau), à la barre du Festival, ont proposé une programmation cinématographique de qualité mêlant parfois avec audace des œuvres grand public et d'autres plus nichées. «On a franchement été ravis de voir le public de Québec réagir aussi positivement à ce qu'on leur a proposé», dit M. Bilodeau.

Outre le très bon film Inch'Allah (en salles vendredi prochain) dans lequel l'actrice Évelyne Brochu offre une prestation inoubliable, le public aura pu voir souvent en première La Vie d'une autre de Sylvie Testud, L'Affaire Dumont de Podz, J'espère que tu vas bien de David La Haye et Jay Tremblay ainsi que Faust d'Aleksandr Sokurov.

Seul festival de cinéma de Québec, le FCVQ se tourne maintenant vers sa troisième édition. «Québec est prêt pour avoir son grand festival en espérant qu'il devienne bientôt une planche de lancement pour les grandes productions internationales», affirme M. Bilodeau. C'est tout le bien qu'on lui souhaite.