NOUVELLES

Avalanche au Népal: neuf morts, dont quatre Français

24/09/2012 01:38 EDT | Actualisé 24/11/2012 05:12 EST

KATMANDOU/PARIS (Sipa) — Quatre Français ont péri dans l'avalanche qui a balayé tôt dimanche matin un campement d'alpinistes effectuant l'ascension du Manaslu au Népal, selon un bilan provisoire annoncé lundi par le ministère français des Affaires étrangères. Le bilan total, d'après les autorités népalaises, s'élève à neuf morts, les quatre Français et cinq alpinistes de diverses nationalités.

A ce stade, quatre Français sont décédés, tandis que "deux de nos compatriotes sont toujours recherchés", a déclaré Hélène Conway-Mouret, ministre déléguée chargée des Français de l'étranger lors d'un point de presse.

"Trois autres de nos ressortissants ont été transportés hier (dimanche) par hélicoptère dans un hôpital de Katmandou" et devaient être rapatriés ce lundi vers la France, a-t-elle ajouté. La situation était "évolutive, notamment en raison des conditions atmosphériques".

Selon le président du syndicat français des guides de montagne Christian Trommsdorff, interrogé par la chaîne BFMTV, "les recherches ont été arrêtées, au moins pour aujourd'hui et probablement définitivement".

L'avalanche, selon le communiqué de Mme Conway-Mouret, s'est abattue entre 3h et 5h locales dans la nuit du 22 au 23 septembre. Les camps n 2 et 3 ont partiellement été emportés, tandis que les alpinistes présents au camp de base, plus bas, n'ont pas été affectés.

Le Manaslu, qui culmine à 8.156m, est le huitième plus haut sommet du monde, dans le nord du Népal. L'avalanche est survenue vers 4h du matin et aux environs de 7.000m, frappant les campements où dormaient quelque 25 alpinistes français et étrangers, selon un responsable de la police népalaise, Basanta Bahadur Kuwar.

Jusqu'à présent, a-t-il précisé, les sauveteurs ont redescendu huit corps, quatre Français, un Allemand, un Italien, un Espagnol et un guide népalais, et recherchaient un neuvième. Dix alpinistes, rescapés, ont été secourus et héliportés vers les hôpitaux, et six sont portés disparus, selon un bilan provisoire.

Un des rescapés, Silvio Mondinelli, a expliqué avoir été réveillé avec son compagnon de cordée Christian Gobbi par un violent grondement. Ils ont senti leur tente glisser. "C'était en quelques secondes seulement, on ne savait pas ce qui s'était passé, mais on avait glissé de plus de 200m", a témoigné M. Mondinelli, interrogé par l'Associated Press à Katmandou.

"On était assis, tout était noir (...) On a attendu alors pendant une heure le lever du soleil", ajoute Christian Gobbi. "On a vu beaucoup de morts dehors dans la neige", dit-il. Après le lever du soleil, les deux alpinistes expérimentés ont pu venir en aide aux blessés, avec l'aide de guide venus de camps situés plus bas.

Ceux qui pouvaient marcher sont redescendus au camp de base, tandis que les blessés ont été héliportés.

Le Manaslu, note Christian Trommsdorff, est "un des très hauts sommets de l'Himalaya, un des plus hauts sommets du globe et il se trouve aussi que c'est à l'automne le sommet le plus fréquenté", avec "plusieurs centaines d'alpinistes" qui tentent de le gravir au début de cette saison. Cette montagne "présente un certain nombre de risques objectifs et donc il y a effectivement de risques d'avalanches", disait-il dimanche sur France Info.

ll/div/AP-v0468

PLUS:pc