NOUVELLES

Une partie de la collection de chaussures d'Imelda Marcos endommagée

23/09/2012 02:35 EDT | Actualisé 22/11/2012 05:12 EST

MANILLE, Philippines - Les termites, les intempéries et la négligence ont endommagé une partie de la légendaire collection de chaussures d'Imelda Marcos, abandonnée par l'épouse du dictateur philippin lorsque le couple avait été contraint à l'exil en 1986.

Selon des responsables philippins interrogés par l'Associated Press, des centaines de pièces du vestiaire du défunt Ferdinand Marcos, dont ses chemises Barong, commencent aussi à moisir et s'abîmer après être restées des années entreposées sans protection dans le palais présidentiel de Malacañang puis au Musée national de Manille.

L'ancienne Première dame avait laissé derrière elle dans le palais présidentiel une masse impressionnante d'effets personnels, dont quelque 1220 paires de chaussures de marques signées des plus grands noms.

Il y a deux ans, plus de 150 cartons de vêtements, accessoires et chaussures appartenant aux Marcos avaient été transférés au Musée national pour les protéger des termites, de l'humidité et des moisissures sévissant au palais de Malacañang situé au bord de l'eau.

Mais ces vestiges de l'ère Marcos se sont encore plus dégradés dans le musée, après avoir été abandonnés dans une salle cadenassée, sans installations pour les protéger. La salle a été inondée par les pluies tropicales le mois dernier, à cause d'une fuite au plafond, selon des responsables du musée.

Les employés du musée, qui ignoraient que les boîtes contenaient ces précieux souvenirs des Marcos, sont entrés dans la salle située au troisième étage du bâtiment après avoir remarqué de l'eau qui s'écoulait sous la porte. Quand ils ont ouvert les cartons détrempés, ils ont été choqués de découvrir des robes du soir et des chaussures d'Imelda Marcos, selon ces responsables.

Ils se sont empressés de mettre les boîtes au sec, et certaines ont ensuite été apportées au laboratoire du musée, où une petite équipe d'experts a entrepris d'évaluer l'étendue des dégâts. Cela pourrait prendre des mois compte tenu de l'ampleur de la collection.

Mais d'ores et déjà certaines pièces sont perdues, rongées par les termites ou les moisissures, selon un conservateur du musée Orlando Albinion, qui dirige les efforts pour sauver ce qui peut l'être. "Nous entreprenons une opération d'urgence de conservation", a-t-il expliqué à l'AP. "Il y a eu des infestations de termite et de moisi et cela a été aggravé par la tempête du mois dernier". "C'est dommage car Imelda a pu peut-être porter certains de ces vêtements lors d'événements officiels majeurs et ils ont à ce titre une place dans notre histoire", a-t-il ajouté.

Les journalistes d'AP ont pu voir un carton remplis de sacs et chaussures d'Imelda très abîmés, comme un escarpin Pierre Cardin au talon et à la semelle grignotés par les termites.

Les Marcos avaient fui les Philippines au plus fort du soulèvement du mouvement Pouvoir du peuple, soutenu par l'armée. Ferdinand Marcos est mort en exil à Hawaï en 1989 et sa veuve et ses enfants sont rentrés au pays quelques années plus tard.

Imelda Marcos, aujourd'hui membre de la Chambre des représentants, n'a pu être contactée dans l'immédiat.

A l'époque, la Première dame fascinait pour son imposante collection de chaussures de luxe devenue le symbole des excès du régime dans ce pays dont nombre des habitants, englués dans l'extrême pauvreté marchaient pieds nus.

Imelda Marcos affirmait que nombre de ses chaussures lui avaient été données par les cordonniers philippins de Marikina, dans la banlieue de Manille, la capitale de la chaussure dans le pays. Les autorités de la ville ont emprunté 800 paires d'Imelda Marcos en 2001 pour un musée de la chaussure devenu un site touristique fréquenté. Mais de violentes inondations ont endommagé plusieurs dizaines de paires en 2009.

Environ 765 paires, signées Gucci, Charles Jourdan, Christian Dior, Ferragamo, Chanel ou Prada, ont été sauvées des eaux. Conservées avec soin, elles ont l'air neuves et attirent chaque jour quelque 50 à 100 visiteurs, selon la directrice du musée Jane Ballesteros.

"Ils croyaient trouver des squelettes dans mes placards, mais Dieu merci, tout ce qu'ils ont trouvé c'était des chaussures, des chaussures magnifiques", avait lancé Imelda Marcos à la presse lors de l'inauguration du musée.

PLUS:pc