NOUVELLES

Québec: des étudiants manifestent pour la gratuité scolaire

22/09/2012 02:49 EDT | Actualisé 22/11/2012 05:12 EST

Une manifestation étudiante pour la gratuité scolaire s'est déroulée samedi à Montréal, deux jours après la confirmation par le chef du gouvernement québécois de l'annulation de la hausse des frais universitaires.

Une petite centaine de manifestants ont arpenté les rues de la métropole sous la pluie.

"La gratuité scolaire, c'est pour nous un projet de société à long terme qui est faisable et souhaitable", a assuré à l'AFP Jeanne Reynolds, 20 ans, co-porte-parole de la Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (Classe), seul syndicat étudiant à avoir appelé à manifester.

"On a évidemment gagné sur la question des frais de scolarité pour le moment" mais "l'indexation des frais de scolarité" que veut le gouvernement de Pauline Marois "représente pour nous une même logique qui est une hausse des frais de scolarité", a-t-elle expliqué, ajoutant se battre pour d'autres enjeux, dont l'aide financière aux études et l'allocation des fonds de recherche.

"Une indexation ne serait pas du tout +acceptable+ pour nous", a-t-elle assuré, allant à l'encontre de la proposition de Léo Bureau-Blouin, ex-responsable de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) devenu adjoint parlementaire de la Première ministre québécoise.

Le jeune homme avait déclaré vendredi sur les ondes que l'indexation était "un compromis acceptable autant pour les étudiants que pour la société".

Selon Jeanne Reynolds, "la gratuité scolaire en termes de coût se chiffrerait à 700 millions de dollars canadiens de plus par année".

"Il y a différentes mesures fiscales qui avaient été imposées par le gouvernements libéraux et du Parti québécois qui correspondaient au montant de la gratuité", a renchéri Camille Robert, co-porte-parole de la Classe, sur les ondes de la télévision publique locale Radio Canada.

La Classe, organisation la plus radicale du mouvement étudiant, a annoncé qu'elle rencontrerait le gouvernement de Mme Marois dans les prochaines semaines.

amch/via

PLUS:afp