NOUVELLES

L'Impact livre un match nul au goût bien amer au Sporting Kansas City

22/09/2012 03:07 EDT | Actualisé 22/11/2012 05:12 EST

MONTRÉAL - S'il y a des victoires morales, il faut qu'il y ait aussi des défaites morales. Ce nul de 0-0 livré à domicile par l'Impact de Montréal au Sporting Kansas City doit entrer dans cette catégorie.

Si ce point récolté contre les meneurs dans l'Est rapproche l'Impact (12-15-4) à six points du Dynamo de Houston et de la cinquième et dernière place donnant accès aux séries, avec seulement trois matchs à jouer, il aurait grandement eu besoin des deux points supplémentaires qu'aurait pu lui procurer une victoire.

Le onze montréalais a pourtant tout tenté pour aller chercher cette précieuse victoire. Le gardien Jimmy Nielsen est venu l'en priver dans les arrêts de jeu. Matteo Ferrari a habilement fait dévier de la tête le coup franc de Marco Di Vaio, mais le gardien veillait au grain et a boxé le ballon hors de danger.

«J'ai été plutôt malchanceux, a dit le défenseur italien. J'ai placé le ballon où je voulais à la suite de cette superbe passe de Marco. Je n'ai pas joué de chance, c'est tout.»

L'entraîneur-chef Jesse Marsch a aussi usé de stratégie, faisant notamment entrer Sana Nyassi à la place de l'arrière Alessandro Nesta à la 57e, un changement qui a permis à son équipe d'appliquer beaucoup de pression sur la défensive du Sporting (16-7-7) par la suite.

«On a joué deux demis différentes, a analysé Marsch. En première demie, c'était plus hésitant et ils nous ont emprisonnés quelque peu. En deuxième demie, avec les ajustements que nous avons apportés, nous voulions amener le jeu dans leur territoire. Question de tout donner si jamais on devait ne pas l'emporter.»

Une analyse avec laquelle ses joueurs semblaient d'accord.

«On a joué deux demis bien différentes, a dit le milieu de terrain Patrice Bernier. En première, nous les avons laissés appliquer la pression et dicter le tempo, tandis qu'en deuxième mi-temps, on a retrouvé notre rythme, mais c'était peut-être trop peu trop tard.»

Manque de finition

Seulement deux minutes après l'entrée de Nyassi, Marco Di Vaio a profité d'un coup franc et a bien alimenté Andrew Wenger, dont la tête est passée tout juste au-dessus du filet. Puis, à la 68e, l'Impact a raté sa plus belle chance de la rencontre. Nyassi a d'abord raté le centre de Jeb Brovsky, mais Davy Arnaud, bien posté derrière, a pu le récupérer. Son tir bas a battu Jimmy Nielsen, mais a raté le filet à gauche.

Si le Sporting ne s'est pas retrouvé souvent en zone montréalaise en deuxième demie, il a tout de même eu la chance de s'inscrire à la marque, notamment à la 75e, quand le tir Jacob Petersen a forcé Troy Perkins à s'allonger de tout son long sur sa gauche pour dévier le ballon et sauver la mise.

L'Impact a continué d'appliquer de la pression par la suite, mais a été incapable d'inscrire ce but tant recherché.

«J'ai trouvé que l'effort fourni en deuxième demi a été très bon, a ajouté Marsch. Et je crois que nous avons été un peu malchanceux de ne pas obtenir un but. Je n'ai pas vu les statistiques finales, mais je crois que de la façon dont nous avons disputé les 15-20 dernières minutes, nous aurions pu obtenir un but et les trois points.»

Départ laborieux

L'Impact a eu du mal à s'organiser en début de rencontre. Déjà en plein contrôle, Kansas City a profité d'un cadeau de Matteo Ferrari à la 12e minute. Le défenseur montréalais a fait dévier un centre directement dans les pieds de Graham Zusi. Le tir enroulé du milieu de terrain a battu Perkins, mais a raté la cage de peu sur la gauche.

Moins de deux minutes plus tard, le Sporting s'est moqué de la défensive de l'Impact dans les derniers mètres, mais Kei Kamara a été pris hors jeu et l'Impact s'en est tiré.

L'Impact s'est ensuite ressaisi. Justin Mapp a d'abord profité d'un coup franc joué court par Di Vaio à la 25e. Mapp a coupé au centre et décoché un boulet d'environ 25 mètres, mais lui aussi a raté le filet de peu sur la gauche.

Cinq minutes plus tard, ç'a été au tour de Felipe de couper vers le centre, mais cette fois de l'aile droite. Son tir bas a forcé le gardien Nielsen à effectuer un beau plongeon pour bloquer le seul tir cadré de l'Impact au cours de cette demie.

Si ce nul porte la série de match sans défaite à domicile de l'Impact à sept (6-0-1), il met aussi fin à sa série de six victoires consécutives. Incidemment, c'est le Sporting qui le dernier avait privé l'Impact d'un gain chez lui, le 4 juillet dernier.

L'Impact quitte maintenant pour deux matchs à l'étranger (Houston et Toronto) avant de venir conclure la saison chez lui, le 27 octobre.

PLUS:pc