NOUVELLES

Le Canada ne doit pas « politiser » l'offre d'achat de Nexen

22/09/2012 07:38 EDT | Actualisé 22/11/2012 05:12 EST

L'ambassadeur de Chine au Canada estime qu'Ottawa ne devrait pas politiser l'offre d'achat de la pétrolière Nexen (TSX:NXY) soumise par la China National Offshore Oil Company (CNOOC).

« Les affaires sont les affaires. Elles ne doivent pas être politisées. Si nous politisons tout cela, alors nous ne pouvons pas faire des affaires », a déclaré Zhang Junsai dans une interview accordée au quotidien Globe and Mail.

Durant la semaine, le ministre des Finances Ted Menzies a déclaré que des députés conservateurs lui avaient fait part de leurs craintes et de leurs inquiétudes concernant la transaction.

L'offre de 15,1 milliards de dollars est présentement examinée par Industrie Canada, qui doit déterminer si celle-ci se fait dans le meilleur intérêt du pays. Les autorités canadiennes ont le droit d'examiner et de bloquer tout investissement étranger de plus de 330 millions de dollars.

Les actionnaires de Nexen ont accepté l'offre à l'unanimité jeudi et n'attendent que l'autorisation du gouvernement canadien.

Si l'accord est approuvé, il s'agirait de la première acquisition d'un groupe énergétique canadien par une société contrôlée par Pékin. Il constituerait par ailleurs l'acquisition la plus importante jamais réalisée à l'étranger par une entreprise chinoise, d'après des données de Thomson Reuters.

« Le Canada veut continuer à développer ses relations avec la Chine, mais nous voulons qu'elles se développent de façon à entraîner des résultats bénéfiques pour les deux côtés », a souligné dans un communiqué un porte-parole du ministre du Commerce Ed Fast. Ce dernier doit d'ailleurs rencontrer son homologue chinois, Chen Deming, dimanche à Vancouver.

PLUS: