NOUVELLES

Au moins 11 soldats tués dans des attaques rebelles dans la région d'Alep (ONG)

22/09/2012 04:50 EDT | Actualisé 21/11/2012 05:12 EST

Au moins 11 soldats syriens ont été tués samedi dans des combats et des attaques rebelles contre des barrages dans la région d'Alep, au cours desquels cinq insurgés ont également péri, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Les violences samedi matin ont fait au moins 31 morts à travers le pays selon un bilan provisoire de cette organisation qui s'appuie sur un large réseau de militants.

De violents combats se déroulent depuis plusieurs heures dans les localités d'Orm et de Kafar Joum, dans l'ouest de la province d'Alep. Les rebelles ont attaqué des barrages à Abezmo, dans la même zone, où une femme a été tuée dans un bombardement.

Ces localités se situent dans l'ouest de la province d'Alep, près de la frontière avec la Turquie. "Dans cette zone, l'Etat n'a plus de présence sauf dans les postes militaires et administratifs", affirme Rami Abdel Rahmane, président de l'OSDH.

Selon lui, le régime veut à tout prix éviter que les rebelles parviennent à connecter cette zone de la province d'Alep avec le nord de la province d'Idleb, car cela formerait une grande région insurgée à la frontière avec la Turquie, qui soutient la rébellion.

Dans la ville même d'Alep, théâtre d'une bataille cruciale depuis deux mois, cinq membres d'une même famille, dont des enfants, ont été tués dans le bombardement d'un immeuble dans le quartier de Myassar, dans l'est. "Le nombre de victimes pourrait augmenter car de nombreuses personnes sont encore sous les décombres", selon l'OSDH.

De puissantes explosions dues à des tirs d'artillerie ont été entendues à l'aube à travers la métropole du nord, a constaté le correspondant de l'AFP.

La télévision officielle a rapporté de son côté que les forces régulières ont mené deux opérations "qualitatives" dans le quartier de Chaar, dans l'est d'Alep, causant de lourdes pertes parmi les "terroristes mercenaires", terme utilisé pour désigner les rebelles.

Les troupes ont également "visé des rassemblements de terroristes au centre culturel de Hanano (est) tuant un grand nombre d'entre eux", selon la télévision d'Etat.

Ailleurs dans le pays, les forces de sécurité ont mené une vague d'arrestations à al-Hara dans la province de Deraa, (sud).

"Chaque jour, des dizaines de personnes sont arrêtées dans la région de Deraa", berceau de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad, affirme M. Abdel Rahmane. "Certains sont libérés mais on n'a aucune idée du nombre qui reste derrière les barreaux".

Dans la même région, les forces du régime ont incendié et pillé des maisons à Heit, après avoir pris d'assaut et bombardé cette localité, selon la Commission générale de la révolution syrienne, un réseau de militants.

Près de Damas, à Harasta, un déserteur a été tué lors de combats.

A Homs, troisième ville du pays où sont encore retranchés des rebelles, un soldat a trouvé la mort dans des combats aux abords de la vieille ville. Près de la cité, quatre soldats ont été tués dans une attaque contre leur véhicule, et dans la province de Homs, trois rebelles ont péri à Rastane, ville rebelle bombardée en permanence.

Vendredi, les violences ont fait au total 142 morts selon l'OSDH, dont 88 civils.

ram/cnp

PLUS:afp