NOUVELLES

Violents combats à Alep, nouveaux rassemblements anti-régime en Syrie

21/09/2012 06:57 EDT | Actualisé 21/11/2012 05:12 EST

Des combats faisaient rage vendredi entre soldats et rebelles près de bases militaires dans la ville syrienne d'Alep (nord) où des hélicoptères de l'armée sont entrés en action contre de nombreux quartiers, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Au total, au moins 35 personnes, dont 20 civils, ont été tuées vendredi à travers la Syrie, selon un bilan provisoire de l'ONG, qui se base sur un réseau de militants et de médecins.

Parallèlement, de nombreuses manifestations contre le régime de Bachar al-Assad ont eu lieu notamment dans la province d'Idleb (nord-ouest), dans plusieurs quartiers d'Alep et dans sa province, a indiqué cette ONG.

Comme tous les vendredis depuis le début du conflit il y a 18 mois, les militants avaient appelé à des manifestations après la prière hebdomadaire musulmane de midi, plaçant cette journée sous le slogan "les bien-aimés du prophète en Syrie sont massacrés".

Dans la grande métropole du Nord, Alep, des combats avaient lieu autour de la caserne du quartier de Hanano alors que les hélicoptères de l'armée mitraillaient le secteur, selon l'OSDH.

Des heurts se déroulaient également dans le quartier de Bab Nasr alors que des tirs intenses étaient entendus à Halab al-Jadida et que les forces gouvernementales bombardaient les quartiers de Sakhour, Baadine, Boustane al-Kasr et Khan el-Assal, a précisé l'ONG qui a fait état de la mort d'un soldat et d'un rebelle.

Des accrochages avaient lieu dans le secteur de l'aéroport militaire de Managh et les localités d'Atareb et Andane étaient violemment bombardées, selon la même source.

Près de la ville d'Alep, quatre civils dont deux enfants ont péri et plusieurs autres ont été blessés dans des bombardements sur la localité de Jina.

Au moins cinq soldats ont été tués dans une attaque visant leur voiture dans la région d'Idleb où des combats violents se déroulaient entre armée et rebelles, selon l'ONG.

Dans la province de Homs (centre), quatre membres d'une même famille ont péri dans les bombardements de la ville de Rastane, et deux rebelles ont trouvé la mort dans des combats avec des soldats autour de la localité de Talbissé.

Par ailleurs, à Damas, une puissante explosion a été entendue à Doumar al-Balad, a ajouté l'OSDH faisant état d'explosions dans les quartiers du sud de la capitale, et de la découverte de corps à Qadam. Six civils ont été tués par les forces du régime dans la localité de Bouaïda dans la province de Damas.

Des combats violents se déroulaient en outre dans le quartier de Mazzé, dans l'ouest de la capitale.

Pour sa part, l'agence officielle Sana a fait état de la découverte par l'armée de 25 corps ensevelis dans une fosse commune à Qadam, évoquant des personnes "enlevées puis tuées par les groupes terroristes armés". Le régime, qui ne reconnaît pas l'ampleur de la contestation, assimile les opposants et combattants rebelles à des "terroristes".

Dans l'est du pays, la ville d'Abou Kamal était pilonnée par les avions, ainsi qu'un quartier de Deir Ezzor.

Et dans le Sud, la province de Deraa, berceau de la contestation, a connu de nouvelles violences, notamment à Daël, pilonnée par l'armée, et à Bosra al-Cham où une forte explosion a été entendue, a indiqué l'OSDH.

Jeudi avait été une journée particulièrement meurtrière à travers la Syrie, les violences ayant fait 225 morts, dont 140 civils, 39 rebelles et 46 soldats, selon l'OSDH.

ser-feb-rm/cco

PLUS:afp