NOUVELLES

Une campagne assimilant les jihadistes à des sauvages dans le métro de New York

21/09/2012 07:09 EDT | Actualisé 21/11/2012 05:12 EST

NEW YORK, États-Unis - Une campagne d'affichage assimilant les islamistes armés à des sauvages sera lancée dans le métro de New York lundi, à l'initiative d'une blogueuse américaine qui prétend lutter contre l'islamisation des États-Unis.

«Dans toute guerre entre l'homme civilisé et le sauvage, soutenez l'homme civilisé. Soutenez Israël. Rejetez le jihad», peut-on lire sur l'affiche au fond noir.

Pamela Geller, une blogueuse conservatrice qui dirige l'association American Freedom Defense Initiative («Initiative pour la défense de la liberté américaine»), a obtenu le feu vert d'un juge fédéral de New York le mois dernier, au nom de la liberté d'expression protégée par le premier amendement de la Constitution des États-Unis.

Elle affirme avoir déposé une demande jeudi soir pour poursuivre sa campagne dans les transports en commun de Washington. Un porte-parole des transports publics de la capitale fédérale, Dan Stessel, a affirmé que son organisation n'avait pas refusé l'affichage, mais avait souhaité le reporter étant donné le contexte international.

Les violences liées au film islamophobe «Innocence of Muslims» ont fait au moins 47 morts dans sept pays depuis le 11 septembre, dont l'ambassadeur des États-Unis en Libye. La colère, souvent attisée par des islamistes radicaux, a été alimentée par la publication de caricatures de Mahomet mercredi dans l'hebdomadaire satirique français «Charlie Hebdo».

«Quand ce n'est pas un film, c'est une caricature, quand ce n'est pas une caricature, c'est une peluche!», a raillé Pamela Geller. «Qu'est-ce que vous allez faire? Récompenser l'islamisme? Je ne sacrifierai pas ma liberté d'expression pour ne pas offenser des sauvages», a-t-elle ajouté, en se félicitant d'avoir eu gain de cause contre l'autorité des transports publics de New York, qui avait initialement refusé ses affiches.

Abdul Yasar, un musulman pratiquant rencontré dans le métro de New York, a trouvé l'affiche de Pamela Geller insensible.

«Si on ne veut pas être confrontés à ce qui s'est passé en Libye et en Égypte après le film, même si ce ne sera pas aussi fort ici aux États-Unis, on ne devrait pas afficher ça», a-t-il jugé. Mais «c'est un pays libre, ils ont le droit de le faire, et les musulmans ont le droit de lancer leurs propres affiches», a-t-il ajouté.

Les affiches de Pamela Geller ont déjà été placardées sur les autobus de San Francisco du 13 août au 4 septembre, donnant lieu à des détournements, comme le slogan «rejetez le jihad» transformé en «rejetez le racisme». Chose inhabituelle, la régie des transports de la ville avait inscrit sur le flanc des véhicules qu'elle se dégageait de toute responsabilité pour les affiches.

L'organisation de Pamela Geller a aussi fait accrocher dans des gares des trains de banlieue de la région du nord de New York des affiches disant: «Ce n'est pas de l'islamophobie, c'est de l'islamoréalisme».

La campagne dans le métro de New York a coûté environ 6000 $ US, selon Pamela Geller. Cette militante, qui est également à la tête de l'association «Stop Islamization of America» («Arrêtons l'islamisation de l'Amérique») avait déjà milité contre la construction d'un centre islamique près de Ground Zero, le site des tours jumelles du World Trade Center détruites dans les attentats du 11 septembre 2001.

PLUS:pc