NOUVELLES

Tous les Etats doivent protéger les ambassades des autres, avertit Clinton

21/09/2012 12:56 EDT | Actualisé 21/11/2012 05:12 EST

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a averti vendredi tous les Etats de la planète qu'ils avaient le "devoir solennel" de protéger les représentations diplomatiques des autres pays, conformément à la convention de Vienne.

"Tous les gouvernements ont le devoir, le devoir solennel de défendre les missions diplomatiques. Elles doivent être des endroits sûrs et protégés", a déclaré Mme Clinton, répétant que Washington "avait pris des mesures pour renforcer la sécurité" de son réseau diplomatique et consulaire.

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté vendredi dans de nombreuses villes du Pakistan contre le film américain anti-islam, une mobilisation émaillée d'incidents qui a coûté la vie à 14 personnes malgré les appels au calme du gouvernement.

Dans les autres pays musulmans, les protestations antiaméricaines ou antifrançaises, à la suite de la publication de nouvelles caricatures de Mahomet en France, sont restées relativement isolées après la grande prière du vendredi.

"Nous surveillons de près la situation aujourd'hui, il n'y a pas de priorité plus importante pour le président (Barack) Obama et pour moi que la sécurité de nos concitoyens. Nous avons pris un certain nombre de mesures dans le monde pour augmenter notre (niveau de) sécurité et pour protéger le personnel de nos postes diplomatiques", a martelé Mme Clinton aux côtés de son homologue tunisien Rafik Abdessalem.

La convention de Vienne de 1961 régissant les relations diplomatiques entre Etats est un vaste traité international, stipulant notamment que la sécurité à l'extérieur des missions diplomatiques et consulaires est du ressort des Etats hôtes.

A Tunis, un imposant dispositif de sécurité a été déployé vendredi pour empêcher manifestations et violences notamment devant l'ambassade de France et celle des Etats-Unis, qui avait été attaquée le 14 septembre. Des affrontements avaient fait quatre morts et des dizaines de blessés.

"Nous travaillons étroitement avec le gouvernement tunisien. Ils nous ont aidés à renforcer notre sécurité et nous avons discuté avec eux de la nécessité de traduire en justice les responsables des violences", a dit la secrétaire d'Etat américaine.

Elle a salué le fait que les Tunisiens avaient été "les premiers" à faire la révolution dans le monde arabe, dès décembre 2010-janvier 2011. Il ne faudrait pas, a exhorté Mme Clinton, que les "progrès importants" qu'ont fait la Tunisie et les Tunisiens depuis soient "détournés par des extrémistes".

Le ministre tunisien des Affaires étrangères a exprimé des "regrets et la condamnation ferme et entière pour l'attaque de l'ambassade et de l'école américaine vendredi dernier". Cela "ne reflète pas la véritable image de la Tunisie en tant que démocratie qui vient de naître", a assuré M. Abdessalem.

nr/are

PLUS:afp