NOUVELLES

Sécurité renforcée à Tunis avant la grande prière du vendredi

21/09/2012 04:41 EDT | Actualisé 20/11/2012 05:12 EST

Un imposant dispositif de sécurité a été déployé vendredi dans le centre de Tunis où la circulation automobile sera interdite une partie de la journée pour empêcher manifestations et violences notamment devant l'ambassade de France, après la publication de caricatures de Mahomet.

L'ambassade, située sur l'avenue Habib Bourguiba, principale artère du centre-ville, est protégée par des barbelés à hauteur d'homme, des camions militaires, un blindé et un camion surmonté d'un canon à eau, a constaté un journaliste de l'AFP.

Elle restera par ailleurs fermée vendredi, tout comme l'ambassade de Grande-Bretagne, et les services consulaires allemands, selon leurs sites internet respectifs.

Le long de l'avenue, des bus remplis de policiers et des fourgons cellulaires ont été postés, alors que le ministère de l'Intérieur a annoncé jeudi interdire toute manifestation vendredi de crainte de violences similaires à celles du 14 septembre contre l'ambassade des Etats-Unis.

Des véhicules blindés de la garde nationale ont aussi été déployés dans le quartier du Passage, où se trouve la mosquée Al-Fatah, un bastion salafiste où le chef jihadiste Abou Iyad avait prêché en début de semaine.

De nombreux manifestants étaient partis de cette même mosquée le 14 septembre pour rejoindre l'ambassade des Etats-Unis qui a été attaquée, des affrontements qui ont fait quatre morts et des dizaines de blessés.

Le ministère de l'Intérieur, cité par l'agence officielle TAP, a par ailleurs annoncé dans la nuit de jeudi à vendredi l'interdiction de la circulation et du stationnement automobile sur une demie-douzaine d'artères du centre-ville proches de la représentation française.

Une des routes menant à La Marsa, banlieue tunisoise huppée où se trouve la résidence de l'ambassadeur et de nombreux expatriés, sera elle aussi fermée à la circulation.

Les autorités, prises de court lors des violences meurtrières du 14 septembre, ont promis d'empêcher tout nouveau débordement, alors que le monde musulman s'est enflammé après la diffusion sur internet d'un film islamophobe produit aux Etats-Unis puis des caricatures de Mahomet dans l'hebdomadaire français Charlie Hebdo.

alf/kl/feb

PLUS:afp