NOUVELLES

Pour Ahmadinejad, le film islamophobe est le fruit d'un "complot israélien"

21/09/2012 05:17 EDT | Actualisé 21/11/2012 05:12 EST

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a estimé que le film islamophobe était le fruit d'un "complot israélien", dans un discours à l'occasion d'un défilé militaire organisé vendredi à Téhéran pour l'anniversaire du début de la guerre Iran-Irak (1980-1988).

Que les Etats-Unis prétendent n'avoir pu, au nom de la liberté d'expression, censurer ce film est une "tromperie", a déclaré M. Ahmadinejad dans ce discours retransmis à la télévision lors du défilé auquel ont participé des milliers de soldats, des chars et des missiles chargés sur des camions.

D'après lui, le film est le fruit d'un complot israélien visant à "diviser (les musulmans) et provoquer un conflit sectaire".

Le film "Innocence of Muslims" dénigrant l'islam, réalisé aux Etats-Unis, a provoqué depuis une dizaine de jours des manifestations parfois meurtrières dans le monde musulman.

M. Ahmadinejad a de nouveau fait allusion à l'Holocauste, mais cette fois-ci implicitement, pour fustiger l'Occident qu'il accuse de censure sélective.

"Ils s'élèvent quand on s'interroge sur un évènement historique (..) Ils menacent et exercent des pressions sur des nations pour l'avoir fait alors que quand il s'agit des obscénités à l'égard du sacré et des prophètes ils crient au respect de la liberté" d'expression, a-t-il affirmé.

Le président iranien a par ailleurs affirmé que l'Iran était "toujours prêt à défendre ses droits" face aux pressions des puissances internationales, comme il l'avait fait durant la guerre contre l'Irak.

Il faisait allusion à la crise sur le programme nucléaire de l'Iran, les grandes puissances soupçonnant Téhéran de chercher malgré ses dénégations à se doter de l'arme atomique.

Les Occidentaux ont mis en place depuis deux ans un embargo financier et pétrolier contre l'Iran alors que l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) vient d'adopter une résolution condamnant l'augmentation continue des activités d'enrichissement d'uranium de la République islamique.

Et Israël, considéré comme l'unique détenteur de l'arme nucléaire dans la région, a menacé à plusieurs reprises de frapper les sites nucléaires iraniens si les sanctions et les efforts diplomatiques ne parvenaient pas à convaincre Téhéran de cesser ses activités nucléaires sensibles.

bur/rmb/feb/tp

PLUS:afp