NOUVELLES

Obama courtise les retraités, affirme que Romney menace leurs acquis sociaux

21/09/2012 12:22 EDT | Actualisé 21/11/2012 05:12 EST

Barack Obama a donné vendredi des gages de soutien aux retraités et accusé son adversaire républicain Mitt Romney de vouloir s'en prendre à leurs acquis sociaux, qui "ne sont pas une aumône" selon le président.

"Etant donné ce qui a été dit dans l'arène politique dernièrement, je veux insister sur une chose", a lancé M. Obama par lien satellite à une réunion organisée à La Nouvelle-Orléans (Louisiane, sud) de l'AARP, la principale association américaine de retraités qui affirme fédérer 40 millions de membres.

M. Obama se trouvait quant à lui à Woodbridge en Virginie (est), dans la grande banlieue de la capitale Washington, où il a ensuite prononcé un discours de campagne.

Les systèmes Medicare (assurance maladie publique des personnes âgées) et de la retraite par répartition "ne sont pas une aumône", a martelé le président démocrate sortant, une allusion directe aux déclarations de M. Romney sur les "47%" d'Américains à la mentalité de "victimes", qui ont déstabilisé sa campagne cette semaine.

"Vous avez contribué à ces programmes toute votre vie. Vous les avez mérités. En tant que président, c'est ma tâche de faire en sorte que les systèmes Medicare et de retraite restent solides pour les seniors d'aujourd'hui et les générations futures", a-t-il assuré, très applaudi.

Son intervention devant l'AARP coïncidait avec la présence sur place en Louisiane du colistier de M. Romney, Paul Ryan. Ce dernier défend une réduction drastique des dépenses pour rééquilibrer les comptes publics, et les démocrates affirment que ce plan mettrait fin aux acquis sociaux des retraités sous leur forme actuelle.

M. Ryan a répété que la première mesure que prendrait une éventuelle administration républicaine si elle s'installait à la Maison Blanche serait de s'atteler à l'abrogation de la réforme de l'assurance-maladie promulguée en 2010 par M. Obama et validée par la Cour suprême deux ans plus tard.

Hué par la salle, M. Ryan a insisté: cette réforme "affaiblit Medicare pour les seniors d'aujourd'hui, et le met en danger pour la prochaine génération".

Jeudi, l'équipe de M. Obama avait dévoilé une publicité accusant M. Romney de vouloir transformer Medicare en "système de coupons" plafonnant les dépenses.

Vendredi matin, les démocrates sont passés à la vitesse supérieure en capitalisant sur les déclarations de M. Romney à propos des "47%".

Dans une vidéo volée publiée lundi par le journal de gauche Mother Jones, M. Romney assure que "47% voteront pour le président quoi qu'il arrive. Il y a 47% des gens qui sont avec lui, qui dépendent du gouvernement, qui pensent qu'ils sont des victimes, qui pensent que le gouvernement doit s'occuper d'eux (...) Ce sont des gens qui ne paient pas d'impôts".

Dans la vidéo démocrate de vendredi, des personnes âgées prennent la parole pour dénoncer les propos de M. Romney.

"Je ne suis pas une victime. Je suis désolé qu'il me considère comme une victime. Ce serait un président tragiquement mauvais", affirme l'une d'entre elles.

Les plus de 60 ans étaient la seule tranche d'âge qui avait échappé à M. Obama en 2008. Cet électorat pourrait faire la différence à la marge dans les Etats où la course est serrée, comme justement en Virginie.

bur-tq/are

PLUS:afp