NOUVELLES

Les missions diplomatiques occidentales en alerte dans le monde arabe

21/09/2012 06:30 EDT | Actualisé 21/11/2012 05:12 EST

La Tunisie a interdit toute manifestation vendredi, jour de la grande prière musulmane, et les missions diplomatiques occidentales étaient en alerte dans plusieurs pays arabes de crainte de nouvelles violences liées à un film islamophobe et des caricatures du prophète.

La France a décidé de fermer ambassades, consulats et écoles dans une vingtaine de pays musulmans, après la diffusion mercredi de caricatures du prophète Mahomet par l'hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo, survenue à la suite de celle sur internet d'un film islamophobe produit aux Etats-Unis.

En Tunisie, les établissements scolaires français ont été fermés dès mercredi jusqu'à lundi matin. En Egypte, écoles et centres culturels français ont été fermés jeudi par mesure de précaution, "même si aucune menace spécifique n'a été constatée en Egypte" selon le consulat de France.

Les Etats-Unis, pour leur part, ont annoncé avoir pris "des mesures fortes" pour protéger toutes leurs missions diplomatiques et consulaires dans le monde après l'attaque meurtrière contre leur consulat en Libye et plusieurs de leurs ambassades dans d'autres pays.

L'ambassade de Grande-Bretagne ainsi que les services consulaires allemands à Tunis étaient également fermés vendredi, selon leurs sites internet. Londres et Berlin avaient annoncé avoir pris des mesures pour protéger leurs représentations après des attaques contre leurs ambassades à Khartoum la semaine dernière.

Dans le centre de Tunis, un imposant dispositif de sécurité a été déployé et la circulation automobile sera interdite une partie de la journée pour empêcher manifestations et violences notamment devant l'ambassade de France, protégée par des barbelés et des camions militaires.

Le ministère tunisien de l'Intérieur a annoncé l'interdiction de toute manifestation dans le pays vendredi de crainte de violences similaires à celles du 14 septembre contre l'ambassade des Etats-Unis, au cours desquelles quatre personnes avaient été tuées et 49 blessées.

Dans une interview à l'AFP, Rached Ghannouchi, le chef du parti islamiste au pouvoir en Tunisie Ennahda, a estimé que les salafistes jihadistes étaient un "danger" et qu'après l'attaque de l'ambassade américaine, les autorités devaient "serrer la vis".

L'imam de la Mosquée Gazelle à l'Ariana, dans le grand Tunis, un bastion de la mouvance salafiste, n'a pas appelé à des manifestations contrairement au 14 septembre, a constaté un journaliste de l'AFP.

Au Caire, une dizaine de fourgons de la police anti-émeutes étaient stationnés autour de l'ambassade de France.

A Benghazi, dans l'est de la Libye, où l'ambassadeur Chris Stevens et trois autres Américains ont été tués le 11 septembre dans ce que Washington a qualifié d'attaque terroriste contre leur consulat, le groupe salafiste Ansar al-Charia a appelé à une manifestation pour défendre le prophète Mahomet.

Mais des militants exaspérés par la montée en puissance des groupes islamistes radicaux en Libye ont de leur côté appelé à un rassemblement pour "sauver Benghazi" de l'extrémisme et de la violence, faisant craindre un dérapage.

Des manifestations étaient aussi prévues au Liban et chez les Palestiniens en Cisjordanie.

Le puissant mouvement chiite libanais Hezbollah a appelé à une manifestation après la grande prière hebdomadaire à Baalbek (est). Un autre rassemblement, cette fois à l'appel d'un dignitaire sunnite doit se tenir à 14H00 GMT à Beyrouth.

Le lycée français et le centre culturel de Tripoli (nord du Liban) ont été placés sous forte protection policière et militaire, et l'armée libanaise a renforcé sa présence autour de la résidence de l'ambassadeur français à Beyrouth.

A Téhéran, le président Mahmoud Ahmadinejad a estimé que le film islamophobe était le fruit d'un "complot israélien" visant à "diviser (les musulmans) et provoquer un conflit sectaire".

Le film amateur et de piètre qualité cinématographique, "Innocence of Muslims", présentant Mahomet et les musulmans comme des personnes brutales et immorales, a provoqué depuis le 11 septembre, jour anniversaire des attentats aux Etats-Unis en 2011, des manifestations parfois meurtrières à travers le monde musulman.

burs-iba/tp

PLUS:afp